Petits boulots : conseils pour les étudiants

Dans votre recherche il vous faudra détermination, organisation et méthode.

Vente, cours particuliers, animation, télémarketing, surveillance… Les étudiants sont de plus en plus nombreux à occuper un petit boulot pour financer leurs études, leurs vacances ou encore leur logement. Selon l’Observatoire de la vie étudiante huit jeunes sur dix ont une expérience de « l’activité salariée » . D’ailleurs, la plupart des jobs d’étudiants n’ont absolument aucun lien avec les études, ils sont donc « contraints » . En effet, pour beaucoup travailler n’est pas un choix mais plutôt une nécessité, voire même une obligation.Et pour cause, les loyers ne cessent d’augmenter, les études sont de plus en plus chères tandis que le pouvoir d’achat des jeunes est en baisse. Mais trouver un travail n’est pas chose facile, la concurrence est rude. Dans votre recherche il vous faudra détermination, organisation et méthode.



Construire un réseau

Tout d’abord, il faut impérativement établir un réseau professionnel pour optimiser ses chances dans la recherche d’un emploi. Quelqu’un aura peut être besoin de vous un jour ! Ensuite, parlez-en autour de vous, à vos amis, parents et voisins. Le bouche à oreilles est souvent un moyen efficace de trouver un job. On peut aussi se renseigner auprès de sa commune pour tout ce qui est travail d’entretien, nettoyage des rues et des parcs de la ville. Ayez le réflexe de vous renseigner auprès des écoles ou des universités, sachez qu’elles proposent des jobs de nettoyage et d’entretien (peindre ou réparer le matériel et les locaux). Et pensez-y, répondre à un maximum d’annonces c’est multiplier ses chances de recevoir une réponse positive ! Enfin, il est possible de téléphoner, d’envoyer un mail, une lettre mais rien ne vaut le contact direct.



S’y prendre tôt

Il faut en général s’y prendre au moins six mois à l’avance s’il s’agit de grandes entreprises. Déposez votre CV quatre semaines à l’avance pour les petites entreprises, les restaurants, les boutiques ou encore les agences d’intérim.


? Les agences d’intérim

Ces organismes regroupent un grand nombre d’annonces de contrats de courte durée, ne les oubliez pas.


? Internet

Il est un outil indispensable pour trouver un job. Le net est un moyen rapide et facile de postuler à divers postes. Voici une sélection de sites :

www.vivastreet.fr
www.saisonsite.com
www.jobetudiant.net
www.letudiant.fr
www.etudiemploi.com


? Le porte-à-porte

Déplacez-vous directement dans les entreprises de votre choix, munissez-vous de votre CV et de votre lettre de motivation et déposez-les. Une méthode bien vue par les employeurs qui y verront une preuve de motivation.


? Le Pôle Emploi

Le Pôle Emploi (anciennement ANPE/ASSEDIC) joue un rôle d’intermédiaire entre les étudiants et les employeurs. Vous aurez un ou une conseillère pour vous aider dans vos recherches d’emploi. Une large variété de postes de différents secteurs sont à pourvoir :
– la vente
– l’animation
– la restauration
– l’accueil
– le télémarketing
– la sécurité


? Les journées Jobs d’été

Pendant deux jours à la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette à Paris. Des journées organisées conjointement par le Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, le Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ) et le Pôle emploi.



Clair et concis

Le CV est votre carte d’identité. Il met en avant compétences et formations. Il doit être clair et concis. De nombreux modèles sur le net vous inspireront en cas de panne.

La lettre de motivation montre à l’employeur ce que vous pouvez lui apporter, elle est le moyen de vous mettre en valeur. De même que pour les CV, de nombreux modèles sont en libre accès sur la toile.



Connaître ses droits

Le travail étudiant est soumis au même droit du travail que n’importe quel emploi. Il correspond à un contrat à durée déterminée (CDD) et comprend une période d’essai, la signature d’un contrat, la cotisation retraite… Mais contrairement à un CDD classique, le contrat saisonnier n’implique pas de prime de précarité. Il doit mentionner vos informations personnelles (nom, numéro de sécurité sociale), celles de l’employeur et les conditions de travail (durée du contrat, taux horaire, volume d’heures hebdomadaire ou mensuel, tâches à accomplir, rémunération brute, convention collective en vigueur).

Le statut : il n’existe pas de « statut » d’étudiant. Par contre des avantages sont octroyés aux employeurs et aux étudiants dans le cadre des contrats étudiants. Pour être considéré comme étudiant il faut suivre un enseignement de « plein exercice ». Les jeunes qui suivent des cours à « temps partiels » peuvent travailler mais ne bénéficient pas des dispositions spéciales des contrats étudiants.


Les conditions à remplir :

– avoir 15 ans et avoir terminé ses deux premières années de l’enseignement secondaire.
– avoir 16 ans minimum si les deux premières années de l’enseignement secondaire ne sont pas terminées.
– avoir 18 ans pour travailler comme étudiant indépendant.
– avoir au moins 18 ans pour travailler la nuit (entre 22 heures et 6 heures).

Les impôts : les moins de 26 ans sont exonérés d’impôts sur les salaires perçus pendant les études ou pendant les périodes scolaires, dans la limite de trois mois de SMIC pour une année.



Quel salaire ?

Selon la loi, la rémunération ne peut être inférieure au SMIC horaire, soit neuf euros brut de l’heure et soit 1073 euros net par mois. La rémunération brut doit être indiquée dans le contrat, elle ne comprend ni la prime de précarité ni les congés payés. Si vous êtes animateur en centre de vacances, et que vous êtes logé et nourri, vous toucherez entre 14 et 28 euros par jour, ou bien 46 euros par jour dans un centre sans hébergement.

Ainsi, aujourd’hui plus de 40% des étudiants travaillent pendant l’année universitaire. Concilier travail et études est donc très courant dans le monde étudiant mais attention, la priorité est de ne pas mettre ses études entre parenthèses. Sachez enfin, qu’à partir du 1er janvier 2012, la loi sur les jobs étudiant connaîtra des modifications notamment au niveau de la durée légale travaillée.



• Emmanuelle Grimaud, pour www.sereni.org

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *