Comprendre les derniers changements de Firefox

Nouveau moteur de rendu pour une nouvelle vie ? Presque 15 ans après sa première version, Firefox multiplie les tentatives de résurrection pour tenter de s’aligner sur une concurrence de plus en plus féroce.

 
 

firefox. image domaine public
Pourquoi Firefox change tout ? Image du domaine public.

 

Thunderbird, Firefox OS, objects connectés (IoT)… Après presque quinze années d’existence, Mozilla multiplie les tentatives de développement… et d’échecs. Début juillet 2016, Firefox et Google se séparent et le panda roux se rapproche du moteur de recherche français Qwant. Dans un communiqué commun, les deux partenaires mettent alors en avant leur volonté de protéger la vie privée des utilisateurs : « Firefox pour Qwant protège l’internaute contre les tentatives de pistage et de ciblage comportemental ». Mais cet argument ne semble pas suffisamment séduisant aux yeux des internautes. Alors Firefox s’est donné un autre objectif : la rapidité. Une ouverture qui, dans une société où un tweet journalistique non vérifié semble plus important qu’un espionnage à échelle internationale révélé par un lanceur d’alerte aguerri, pourrait totalement trouver son public. Pour parvenir à son objectif, Firefox a entamé un changement radical. Si l’on peut simplement traduire ce dernier par le remplacement de son habituel moteur de rendu Gecko par un nouveau baptisé Quantum, la démarche est plus complexe. L’arrivée de Quantum découle de plusieurs travaux menés par Firefox : le multiprocessus Electrolysis, le langage Rust et le moteur de rendu Servo. Si beaucoup pensaient que Servo allait remplacer Gecko, le développement de Quantum prouve le contraire, ou presque. Le nouveau moteur de rendu de Firefox est en réalité un savant mélange entre ces trois créations puisqu’il sera en grande partie écrit en Rust et intègrera les composantes de Servo. Pour David Bryant, ingénieur en chef de Firefox, « Quantum est notre effort pour développer la prochaine génération de moteur de rendu Mozilla et commencer à proposer des améliorations majeures aux utilisateurs d’ici la fin de l’année 2017 ». Ce changement profond imminent est largement attendu par Firefox qui voit ses chiffres dégringoler au fil du temps. Selon NetMarketShare, Firefox comptabilisait 6,36 % d’utilisateurs en septembre 2016 contre 11,62 % en octobre 2014 tandis que son concurrent Chrome a plus que doublé son score, passant ainsi de 21,41 % à 54,08 % sur la même période. Si la Fondation Mozilla n’est pas soumise à une contrainte économique aussi pesante que Google, la chute de ses parts de marché a tout de même de quoi l’inquiéter. Cette nouvelle génération Firefox qui est sur le point d’arriver n’est donc pas qu’une simple volonté d’amélioration mais une tentative plus ou moins désespérée de survivre face à la rude concurrence imposée par Chrome. Et si David Bryant a confiance en Quantum et aux améliorations qu’il va apporter, seul l’avenir nous dira si ce nouveau moteur de rendu va oui ou non relancer Firefox.

 
 
Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *