Le grand saut … en parachute

Loisir à sensations fortes, la chute libre est indissociable du saut en parachute : lors d’un saut il y a environ 50 secondes à une minute de chute libre avant l’ouverture du parachute. Selon les positions, la vitesse peut varier de 180 à plus de 250 km/h. Certains experts ont même réussi à approcher les 500km/h avec des combinaisons et une posture adaptée à la recherche de vitesse.


Apprendre et pratiquer la chute libre


Il existe une licence pour pratiquer la chute libre. On peut l’obtenir en plusieurs étapes lors de stages.
Le premier niveau enseigne les bases du saut puis l’élève parachutiste apprend lors des stages suivants à faire différentes figures.


Selon les moniteurs, il faut compter entre 15 à 20 sauts pour que l’élève soit suffisamment expérimenté pour sauter seul. Avec la méthode AFF, les élèves peuvent sauter seuls après seulement 7 sauts ! Pas inquiétude : plus vous sautez moins les sauts coûtent cher !





Une fois la licence en poche vous pouvez pratiquer librement la chute libre en payant une vingtaine d’euros à chaque fois pour l’avion. Vous n’aurez plus qu’à acheter votre propre matériel (environ 1500 euros) ou bien l’emprunter pour environ 10 euros.


Pas de panique, même si vous n’avez pas de brevet de chute libre, il est possible de faire un saut en tandem : environ 200 à 250 euros. Pour faire un saut en tandem, seules quelques minutes de formation sont disponibles.


Il est possible de faire des entraînements aux sauts de chute libre en « soufflerie » : il s’agit d’une salle spécialement conçue pour s’entraîner. Les brevetés peuvent notamment s’entraîner avant de reprendre réellement » avec le début de la saison du parachute, c’est-à-dire vers le printemps. Les enfants peuvent sauter en salle à partir de 8 ans.
Alors, tenté pour le grand saut ?


Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *