Sambo : un art du combat russe

Le Sambo est un art du combat, crée en URSS en 1938. Le mot « sambo » est une abréviation de l’expression russe « défense sans arme ». Il s’agit d’un mélange de plusieurs arts martiaux , notamment du judo et de la boxe.


Il existe deux types de sambo : le sambo sportif et le sambo miliaire. Le sambo sportif comprend quatre activités: les compétitions sportives, les compétitions démonstratives, les shows performances, et des démonstrations d’autres styles de luttes à travers le sambo. Le sambo militaire n’est lui, enseigné qu’à l’armée : il comprend des méthodes de désarmement de l’ennemi et des éléments d’étranglement. Le sambo de défense met une personne à mains nues face à une personne armée, soit un supposé plus faible contre un plus fort. A l’opposé, le sambo sportif voit s’affronter deux hommes d’à peu près même carrure et sans armes. Selon son activité et son objectif, chaque personne assimilera les techniques qui lui seront utiles.



Les créateurs du sambo sont Spiridonov et Oschepkov. Tous deux ont d’abord étudié les styles de combats asiatiques et la boxe européenne pour ensuite dresser une classification des différentes techniques et les adapter dans une nouvelle discipline.

Même si le sambo évolue en permanence, il est pratiqué uniquement comme un sport ou une discipline de défense. Si les arts martiaux asiatiques portent aussi en eux, une philosophie, le sambo est un ensemble de techniques pures enseignées pour la défense d’urgence. Comme tous les sports, le sambo améliore la forme physique, développe la réactivité et enseigne à gérer sa force.

Le sambo sportif est aujourd’hui pratiqué dans de nombreux pays, surtout en Asie, mais n’a jamais figuré sur la liste des sports olympiques. Il est toutefois officiellement reconnu par le Comité Olympique International et de nombreux pratiquants de sambo participent aux Jeux Olympiques en tant que judokas.

Pratiquer le sambo n’est pas sans risques et les blessures obtenues lors d’un combat peuvent laisser de graves séquelles car cette discipline n’est régie que par très peu de règles. Les pratiquants sont donc tenus de se munir de protections.

Le premier-ministre  et ex-président russe Vladimir Poutine a obtenu le statut de maître de sambo en 1973.


• Lada Dibrova, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *