Mourir sereinement

« C’est le droit fondamental de tout être humain : n’avoir peur ni de la mort ni de la vie ; mourir en paix, entouré d’amour et de compréhension et trouver le bonheur ultime que seule peut procurer la compréhension de la nature de l’esprit et de la réalité. » Sogyal Rinpoché


L’accompagnement d’un mourant grâce à la spiritualité considère le patient comme un être composé d’un corps, d’un intellect et d’un esprit. A l’hôpital les médecins soulagent la douleur du corps mais il manque quelque chose : les malades souffrent aussi intérieurement.


C’est pour cette raison que Cathy Blanc, docteur en médecine a créé l’association Tonglen et coordonne le programme d’accompagnement spirituel au sein de l’association Rigpa France. Elle participe notamment à l’accompagnement des malades en fin de vie à hôpital de la Timone à Marseille.


L’accompagnement des mourants chez les bouddhistes


Avant la mort vous pouvez pleurer, exprimer votre amour, embrasser et dire adieu au mourant pour épuiser ensemble votre attachement mutuel.


Ne laissez pas le mourant seul, relayez vous avec vos proches au besoin.


La mort est inéluctable, l’idéal est que le mourant soit dans un lieu calme et paisible. Si ce n’est pas possible qu’il soit chez lui, discutez avec les médecins et les infirmiers de l’hôpital pour leur faire comprendre ce que vous souhaitez.


La personne mourante va avoir besoin de s’exprimer : laissez la parler même si elle exprime des colères et même des injures, cela est nécessaire.


Lors de la mort cependant il est important de ne pas pleurer pour ne pas retenir l’esprit du mourant et ne pas l’empêcher d’atteindre l’éveil.


L’idéal après la mort, est de garder le corps pendant les 3 premiers jours après la mort soit à la maison soit à l’hôpital ou 8 jours, en isolant le corps derrière un rideau s’il s’agit d’un pratiquant avancé car il pourrait réaliser le « corps d’arc-en-ciel » (disparition quasiment intégrale du corps).


Du 1er au 3ème jour après la mort, il n’aura besoin que de votre présence compatissante et silencieuse mais après le 3ème jour jusqu’au 8ème jour, vos prières aideront son esprit à rester fermement dans la Voie de l’Éveil.


Le but de l’accompagnement est de rendre le passage de la vie à la mort le plus serein possible pour le mourant et également pour ses proches.


Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Une réponse à “Mourir sereinement”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *