La Russie des religions

Depuis la chute du régime socialiste, la Russie se veut un état laïc, où aucune religion ne peut être reconnue par l’État officiellement. Dans les faits la Russie entretient un lien très étroit avec la religion orthodoxe, actuellement la plus importante avec près de 75% de pratiquants. Elle n’en est pas moins un état multinational au sein duquel coexistent plusieurs religions.


Après l’Orthodoxie, l’Islam est la religion la plus pratiquée, avec 5% d’adeptes. Il est surtout représenté par les Tatars – un peuple du Sud de la Russie. Il s’agit de la seconde communauté la plus importante en Russie. Les Tatars réunissent la majorité des musulmans de Russie, ce qui fait d’eux le peuple musulman le plus nordique au monde. Les Tatares pratique un Islam modéré. On dit d’eux qu’ils sont « musulmans ethnologiques » car leur religion est fortement lié à un héritage culturel.


Les autres religions sont pratiquées par 1% (ou moins) de la population. Néanmoins, elles sont respectées et portent toutes en elles, une histoire très forte.


Le Catholicisme en Russie compte aujourd’hui quelques milliers de pratiquants, surtout des immigrés d’Europe. Avant l’arrivée des Bolcheviques, le catholicisme était plus ou moins toléré en Russie, mais le régime communiste vit nombre de prêtres catholiques se faire exécuté tandis que les églises étaient détruites. Si bien que lors la Seconde Guerre Mondiale, seules deux églises catholiques subsistaient dans tout le pays: l’église de Saint Ludovic à Moscou et l’église Notre Dame de Lourdes de Saint-Pétersbourg. Au début des années 1990, les Catholiques purent enfin s’organiser librement en Russie. Aujourd’hui, 230 églises ainsi qu’un collège de la théologie représentent le Catholicisme.


Entre 1% et 2% de la population russe est protestante. Cette religion a connu des difficultés à s’installer en Russie puisque l’église orthodoxe dominante, n’a eu de cesse de s’y opposer. Pour les Orthodoxes en effet, si le Catholicisme pouvait être toléré, le Protestantisme lui, n’était pas considéré comme une véritable religion. De nos jours, ces deux communautés affichent une tolérance mutuelle.


Judaïsme et Bouddhisme réunissent chacun 1,5 million de pratiquants. Les communautés juives sont surtout présentes à Moscou (près de 500 000 pratiquants) et à Saint-Pétersbourg (près de 170 000). Le Bouddhisme lui, est surtout localisé dans les régions de Bouratie, Touva et Kalmoukie mais il prend aussi son essor ailleurs en Russie par un certain effet de mode, et alors même qu’il n’a aucune racine commune avec la religion orthodoxe.


• Lada Dibrova, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *