Jiddu Krishnamurti, des voyages et des mots

Attendu comme un messie par ses contemporains, Jiddu Krishnamurti a pourtant rapidement montré son opposition en expliquant qu’il n’appartenait à aucune organisation, aucune secte, à aucun pays, à aucun courant de pensée, politique ou idéologique. Toute sa vie, il voyagea à travers le monde afin d’expliquer ses idées.

 
 

Né le 11 mai 1895 à Madanapalle, une petite ville d’Inde du Sud, Jiddu Krishnamurti a rapidement attiré l’attention de ses contemporains. Parmi eux, le Docteur Annie Besant, alors présidente de la Société Théosophique, qui reconnaissait en lui l’Instructeur du Monde dont les théosophes avaient prédit la venue. Elle adopta ainsi Jiddu Krishnamurti, ainsi que son frère en attendant qu’une institution mondiale, l’Ordre de l’Etoile, soit créée pour mettre le jeune messie à sa tête. A 34 ans, Jiddu Krishnamurti mit un terme à ce rôle imposé et prononça la dissolution de l’Ordre aux innombrables disciples avant de rendre l’argent et les biens qui avaient été donnés à l’œuvre.

 
 
Voyages et pensées

 

Après ce tournant décisif, Jiddu Krishnamurti a traversé le monde pour partager son point de vue sur l’existence. Pendant près de soixante ans, il est allé à la rencontre de publics éclectiques afin de leur expliquer ses pensées, la nécessité de se libérer de nos conditionnements, l’importance de l’éducation et son recul vis-à-vis de la religion. C’est cette détermination, cette volonté de liberté qui permet encore à des personnes de trouver l’apaisement, de se construire et de se détacher du connu. Voici quelques citations de Jiddu Krishnamurti :

Jiddu Krishnamurti

Jiddu Krishnamurti

« Lorsque vous vous dites Indien, Musulman, Chrétien, Européen, ou autre chose, vous êtes violents. Savez-vous pourquoi? C’est parce que vous vous séparez du reste de l’humanité, et cette séparation due à vos croyances, à votre nationalité, à vos traditions, engendre la violence. Celui qui cherche à comprendre la violence n’appartient à aucun pays, à aucune religion, à aucun parti politique, à aucun système particulier. Ce qui lui importe c’est la compréhension totale de l’humanité », Se libérer du connu.

 

« La liberté ne commence qu’avec la connaissance de soi dans la vie quotidienne », De l’éducation.

 

« Pour être libéré de la souffrance, il faut être libéré du désir de faire du mal – et aussi du désir de faire du « bien », ce prétendu bien qui est lui aussi le résultat de notre conditionnement », Le sens du bonheur.

 
 

Préserver l’Enseignement original

 

Dépourvues de symboles religieux et libérées de toute autorité, les Fondations Krishnamurti permettent à quiconque d’approfondir sa compréhension des enseignements grâce à une immense collection d’archives des originaux de Jiddu Krishnamurti. Il a ainsi défini leur rôle :

 
« Les Fondations veilleront à ce que l’Enseignement demeure intégral, ne soit pas déformé, ne subisse pas d’altération. Leurs activités ne doivent pas permettre l’émergence d’un esprit de sectarisme (…) ni créer quelque lieu de dévotion autour des enseignements ou de la personne ».

 

Il en existe quatre actuellement qui sont en Inde, en Angleterre, aux USA et en Espagne.

 
Si Jiddu Krishnamurti est mort à l’âge de 90 ans d’un cancer du pancréas, ses pensées sont toujours ancrées dans de nombreux esprits.

 
 
Sarah Belnez pour Sereni Magazine.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *