Atlantide, Mythe Universel ?

A en croire la multitude d’œuvres qui à travers les âges, et avec plus ou moins de liberté, s’inspirent de la légendaire Atlantide, il est peu de dire qu’on a bien affaire à une légende universelle. Il sied d’appeler « muse » cette cité qui excitant l’imagination des chercheurs et des artistes, traverse les siècles en conservant le mystère qui a fait sa réputation. A t-elle seulement réellement existé ? Si plus de deux mille ans d’investigation ne répondent pas à cette épineuse question, on est en droit de croire que dix siècles en plus n’y feront rien. Au contraire, ils verront la naissance d’hypothèses toujours plus extravagantes, étayées de mille propos aussi infondées que génératrices de rêve…


Ce qui est fondé en revanche est le caractère universel de ce « mythe », au cœur de la discussion. Des traditions des quatre coins du globe revendiquent avec ferveur cette cité engloutie, usant d’arguments historiques et scientifiques. Plus troublant : il semblerait que les Atlantes aient laissé des traces de leur savoir-faire dans les annales des peuples alors leurs contemporains.


Si l’on interroge la définition même de « mythe », Atlantide lui correspond on ne peut mieux. De fait, le Trésor de la langue française conditionne que le récit relate des « faits imaginaires non consignés par l’histoire, transmis par la tradition et mettant en scène des êtres représentant symboliquement des forces physiques, des généralités d’ordre philosophique, métaphysique ou social ».


Si l’on exclue par prudence, la condition historique, Atlantide se présente effectivement comme un mythe universel auquel les hommes cherchent désespérément à attribuer un ancrage géographique. A tort ou à raison ? Car si l’on retrouve le mythe de l’Atlantide chez tous les peuples de la mer, on est en droit de se demander si Atlantide ne symboliserait pas simplement l’anéantissement par l’eau, la colère divine. Ces constantes universelles laissent à penser qu’il n’y aurait donc pas un Atlantide mais des Atlantides…


Texte fondateur du mythe


– Extrait du Timée par Platon, texte à l’origine de la légende d’Atlantide :


Propos de Solon le Sage :
« comment votre cité anéantit jadis une puissance insolente qui envahissait à la fois toute l’Europe et toute l’Asie et se jetait sur elle du fond de la mer Atlantique. Car, en ce temps-là, on pouvait traverser cette mer. Elle avait une île. devant ce passage que vous appelez, dites vous. les colonnes d’Hercule Cette île était plus grande que la Libye (c’est ainsi que l’on appelait alors la partie de l’Afrique située à l’ouest de l’Égypte) et l’Asie réunies. Et les voyageurs de ce temps-là pouvaient passer de cette île sur les autres îles, et, de ces îles, ils pouvaient gagner tout le continent, sur le rivage opposé de cette mer qui méritait vraiment son nom (Atlantique). Car d’un côté, en dedans de ce détroit dont nous parlons, il semble qu’il n’y ait qu’un havre au goulet resserré, et de l’autre, au-dehors, il y a cette mer véritable et la terre qui l’entoure et que l’on peut appeler véritablement un continent. Or, dans cette île atlantique, des rois avaient formé un empire grand et merveilleux- Cet empire était maître de l’île toute entière et aussi de beaucoup d’autres îles et portions du continent. En outre, de notre côté, il tenait la Libye jusqu’à l’Égypte et l’Europe jusqu’à la Tyrrhénie (Italie occidentale). Cette puissance entreprit d’asservir votre territoire, le nôtre et tous ceux qui se trouvent de ce côté-ci du détroit. Mais la puissance de votre cité fit éclater aux yeux de tous son héroïsme et son énergie. Car elle l’a emporté- D’abord à la tête des Hellènes puis, abandonnée par les autres, elle vainquit les envahisseurs, libéra tous les autres peuples et nous-mêmes qui habitons à l’intérieur des colonnes d’Hercule. Mais, dans le temps qui suivit, il y eut des tremblements de terre effroyables et des cataclysmes. Dans l’espace d’un seul jour et d’une nuit terribles, toute votre armée fut engloutie d’un seul coup sur la terre et, de même, l’île Atlantide s’abîma dans la mer et disparut. Voilà pourquoi, aujourd’hui encore, cet océan de là-bas est difficile et inexplorable, par l’obstacle des fonds vaseux et très bas que l’île, en s’engloutissant, a déposés. »


– Dans le Critias.


A la recherche d’Atlantide


Quelques hypothèses :


– Atlantide, civilisation minoenne
L’Atlantide ne serait que la civilisation crétoise détruite par l’éruption du Thêra (Santorin) vers -1500.


– Atlantide au Pont Euxin (Anatolie, sur le pourtour de la Mer Noire)
Les Atlantes auraient été les Hittites maîtrisant l’électricité. Ils auraient possédé des connaissances avancées en matière de métallurgie et seraient passés maître dans l’observation de la foudre. Teshub, le dieu de l’orage était particulièrement important.


Les Hittites n’auraient formé qu’un seul peuple avec les Cimmériens, les Colchidiens, les Phéniciens, les Perses, les Troyens, les Minoéns et les Phillistins. Atlante était alors été un empire qui disparut en -7500, suite à l’effondrement du barage naturel du Bosphore situé sur la faille tectonique euro-asiatique. La cause avancée est la chute d’un chapelet de météorites qui submergea la surface occupée actuellement par la Mer Noire.


– Près des colonnes d’Hercule
L’île aurait été située au-delà des colonnes d’Hercule (détroit de Gibraltar) et aurait été engloutie par la remontée des eaux à la fin de la dernière glaciation. L’Atlantide pourrait se situer devant le détroit de Gibraltar, entre Gadeira (Cadix, Andalousie) et l’Atlas marocain. Pour les Grecs, les colonnes d’Hercule symbolisaient les limites du monde connu.


– Au large de Chypre
En 2004, une équipe met à jour l’existence par 1500 m de fond, d’une cité à l’évidence disparue dans un cataclysme.


– En Sardaigne
C’est l’hypothèse du journaliste Sergio Frau du quotidien italien La Repubblica. Selon lui, la Sardaigne correspond pour la forme et les dimensions à celles de l’île du récit de Platon.


– Au Moyen-Orient
Selon Jaime Manuschevich, l’Atlantide correspondrait à l’actuel territoire d’Israël et du Sinaï. Cette région aurait été une île dans la vallée du grand rift, entourée par les vallées de Jezreel sur le nord, la mer Morte et la mer Rouge sur l’Est et le Golfe de Suez et la mer Méditerranée sur l’Ouest jusqu’en -5600. Il pense en outre que la civilisation atlante correspond au peuple natoufien (-11 600), le premier peuple sédentaire, dont le centre politique et portuaire était Jéricho.


– En Amérique latine
À partir du XIVe siècle et la découverte des Amériques, les navigations phéniciennes en Atlantique ont alimenté la légende et le mythe. L’on s’est posé la question de savoir, avant Christophe Colomb, si les Phéniciens n’avaient pas été les premiers à avoir traversé l’Atlantique et ce thème est périodiquement repris, donnant cours à diverses hypothèses. Mais il faut savoir aussi qu’il a été prouvé que des Vikings ont traversé l’Atlantique et posé le pied en Amérique à la fin du Xème siècle, bien avant Cristophe Colomb. Il est avéré pour l’instant que les premiers Occidentaux qui sont arrivés dans le continent américain sont donc des Islandais avec à leur tête Leif Erikson le chanceux.
La question serait plutôt de savoir si l’origine de la légende Atlante ne serait pas due aux Phéniciens plutôt qu’aux Grecs.
L’Atlantide aurait donc été un vaste archipel dont les habitants ne pouvaient que s’être établis aussi sur le continent américain où ils fondèrent vraisemblablement les premières civilisations proto-maya, toltèques, olmèques et incas, de même qu’ils fondèrent Tartessos en Espagne.


– Dans l’Océan Indien
Jacques Hébert soutient qu’Atlantide fut engloutie non pas à l’ouest dans l’océan Atlantique mais au large de la Somalie dont Socotra, une île du Yémen à l’embouchure du golfe d’Aden, serait un des vestiges.


– Gamla Uppsala, capitale de l’Atlantide
Il a été proposé au cours du XIXe siècle que Gamla Uppsala soit en réalité la capitale de l’Atlantide. Cette ville est considérée en Suède comme son berceau.


– En Antarctique
Des phénomènes géophysiques tels les transgressions marines et la fonte des inlandsis ont changé la géographie de l’Océan Atlantique à la fin de l’ère glaciaire. Il est assez probable qu’en longeant les glaces par cabotage, on pouvait passer de l’Europe à l’Amérique et que le détroit de Béring, la « Béringie », ne fut pas le seul passage de peuplement de ce continent.


– En Mer du Nord
Selon les théories émises par Jürgen Spanuth d’abord, puis par Jean Deruelle et Roger Mermet ensuite, il se serait agit d’un gigantesque polder dont les digues auraient été le point de départ d’une civilisation mégalithique en Mer du Nord, au large de la Hollande, et dont les îles de la Frise et particulièrement celle d’Heligoland, consitueraient ce qu’il reste de son territoire, contreforts servant de digues naturelles.


– Au delà de l’Irlande
À la suite de la théorie précédente en Mer du Nord, l’hypothèse que le Gulf Stream aurait joué le rôle de catalyseur de vie dans l’Atlantique Nord, précisément au plateau du Rockall aujourd’hui submergé, a été émise. La région du Rockall posséderait les mêmes caractéristiques que la « plaine de Platon ». En effet, Platon insiste beaucoup sur la description géographique de la plaine rectangulaire de l’Atlantide, mesurant 3 000 stades par 2 000 (environ 600 km x 400 km). Dans ce cas, cette localisation correspondrait également à celle de l’île mythique d’Avalon dont le souvenir est conservé par la tradition celtique.


– Sous les eaux de Cuba
En 2000, à 700 mètres de profondeur est découverte une vaste cité engloutie. Des explorateurs découvrent des structures de pierre profondément immergés (environ 640 m sous la surface de l’océan) qui pourraient avoir été érigées par une civilisation inconnue, il y a des milliers d’années de cela.
Les mystérieuses structures se présenteraient comme une cité (repérage de zones qui font penser à des rues bordées de « bâtiments ») qui aurait été construite il y a plusieurs milliers d’années (une ancienneté de 6000 années au moins est annoncée sans que l’on sache très précisément sur quoi se fonde cette estimation).


– Des chercheurs ont aussi tenté de situer l’Atlantide en Bolivie, en Indonésie, aux Seychelles, en Islande, au Sri Lanka, au Brésil, sur l’emplacement de la cité de Troie, dans le Désert de Gobie, sur la planète Mars…


Hélène LE, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *