Euthanasie, a-t-on le droit de mourir ?

Si le grec ancien traduit le mot « euthanasie » par « bonne mort », le terme semble pourtant grossier dans la sphère politique, tant le débat est évité. Toujours illégale en France, l’euthanasie n’a pourtant pas fini de faire débat.

 
 

En France l'euthanasie est toujours illégale. Image du domaine public.
En France l’euthanasie est toujours illégale. Image du domaine public.

Elle proscrit « l’acharnement thérapeutique » et autorise le « laisser partir ». La loi Leonetti du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie ne légalise pas l’euthanasie active mais permet l’administration de médicaments limitant la douleur et dont les effets secondaires peuvent abréger la vie. Quatre ans après sa campagne présidentielle en 2012, la promesse de François Hollande d’améliorer la loi Leonetti se fait timide. Certes, le Parlement français a adopté le 27 janvier 2016 une proposition de loi relative à la fin de vie mais n’autorise toujours pas l’euthanasie et le suicide assisté. La loi proposée par le député Jean Leonetti (LR) et son homologue Alain Claeys (PS) instaure le droit à la « sédation profonde et continue » pour certains patients atteints de maladies graves et incurables, ainsi que des « directives anticipées contraignantes ». Toute personne majeure pourra donc refuser l’acharnement thérapeutique, même en s’exprimant à travers une personne de confiance formellement désignée par écrit. Alors que la désignation d’une personne de confiance n’obligeait pas le médecin à suivre la volonté du patient, ce dernier doit désormais se plier au choix du malade, excepté « en cas d’urgence vitale pendant le temps nécessaire à une évaluation complète de la situation ». En plus d’être révisables et inscrites sur la carte Vitale, les directives anticipées contraignantes sont désormais sans durée de validité. Une avancée insuffisante pour les associations Françaises telle que l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD) qui continue son combat pour légaliser l’euthanasie et le suicide assisté. La plupart des études dont celle réalisée par l’IFOP pour l’ADMD en octobre 2014 montre d’ailleurs que les Français sont largement favorables à l’euthanasie. À la question « la loi française devrait-elle autoriser les médecins à mettre fin, sans souffrance, à la vie des personnes atteintes de maladies insupportables et incurables si elles le demandent ? », 96% des personnes interrogées ont répondu « oui ».

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *