Quand la transe devient thérapeutique

La majorité des médecines chamaniques ou traditionnelles, traitent l’ensemble de la personne dans sa globalité, de façon préventive et curative.


Les médecines africaines ne conçoivent pas le malade comme une personne à soigner hors de son contexte social, familial, environnemental. Dans le même esprit, la médecine ayurvédique en Inde propose des consultations publiques sachant que si un paysan est malade, il se peut que cela provienne de tensions avec les membres de sa famille ou les autres villageois. Il est donc nécessaire d’adopter une thérapie collective. En Afrique comme en Inde, l’important est d’agir sur la cause de la maladie. C’est ainsi que dans certaines régions d’Afrique, tout un village peut participer à des moments de transe collective. La transe a des répercussions profondes sur le système neurovégétatif et peut à condition d’être bien conduite, devenir une vraie thérapie.

A travers la transe, le collectif accepte d’entrer dans un monde de tous les possibles, de libérer des blocages que le conscient ne lâcherait pas à froid. Dans une transe collective, chacun influence les autres, pour rééquilibrer les rapports de forces et laisser se dissiper les luttes.Difficile de comprendre pour l’Occident qu’une transe possède tant de pouvoirs de guérison. En fait, sans cette immersion dans le collectif et cette prise en compte de tous les paramètres devenant source de souffrances, la transe ne serait que partiellement libératrice.

Peut-être notre médecine devrait-elle s’interroger sur la pertinence de situer ses soins dans un cadre holistique et globale. Une médecine qui ne voit et ne s’adresse qu’au corps, oublie les circonstances qui conduisent au mal-être, puis à la maladie.


Alain Delaporte-Digard pour www.sereni.org

 



Alain Delaporte-Digard
Pendant ses nombreux tours du monde, Alain Delaporte-Digard a développé une connaissance de l’être dans sa globalité, une compréhension du fonctionnement du corps et de ses blocages, un savoir-faire amenant au savoir-être.
Il a créé avec sa femme Josiane une méthode pour réguler les flux dans le corps, la bioRégulation. Il continue à créer des SPA dans le monde entier (Giorgio Armani à Tokyo, le nouveau paquebot France, …, SPA en Azerbaidjan et au Maroc en cours)

Alain consulte dans son cabinet
Sereni SPA
16 rue de Marignan 75008 Paris
01 42 09 54 69



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *