Moxibustion et points de chaleur en médecine chinoise

La moxibustion est une technique de la médecine traditionnelle chinoise. Elle peut être utilisée seule ou combinée à l’acupuncture, aux ventouses, et même à la pharmacopée.


Le terme « moxa » vient du mot japonaise « mogusa », signifiant armoise. Le moxa est en effet issu de cette plante séchée que nous retrouvons sous différentes formes :



– en vrac, juste écrasée.

On peut ainsi en faire des cônes à appliquer sur des points d’acupuncture. Selon le problème du patient, l’acupuncteur peut appliquer des cônes de tailles différentes (entre la taille d’un grain de riz et celle d’une phalange), soit directement sur la peau, soit en insérant une tranche de gingembre, ail ou un tas de sel entre la peau et la moxa. Généralement, plusieurs cônes se succèdent sur un même point. En Chine, dans certains cas, on laissait le cône se consumer jusqu’au bout en laissant une cicatrice sur la peau. Pour des raisons évidentes, cette technique n’a pas été adoptée en Occident. On continue donc d’utiliser les cônes de moxa en les changeant avant qu’ils n’atteignent la peau afin d’éviter toute brûlure.



– en bâtonnet

Les feuilles d’armoise séchées sont compressées et entourées de papier de manière à former une sorte de cigare. Cette forme de moxa, bien plus pratique, est actuellement la plus utilisée. Le praticien approche ce bâtonnet à quelques centimètres de la peau pour réchauffer la zone et parfois également la faire rougir sans toutefois jamais créer de brûlure. En fonction de l’effet souhaité, le praticien peut faire bouger ce bâton à l’aide de différents mouvements minutieux.



– sur une aiguille

Cette technique est également très souvent utilisée. Le praticien place un morceau de moxa sur le manche d’une aiguille déjà puncturée. Très souvent, il découpe pour cela, un morceau du bâtonnet de moxa afin que celui-ci soit suffisamment stable sur l’aiguille. Allumé, le moxa diffusera une chaleur qui pénètrera différemment par le biais de l’aiguille. Cette technique est complètement indolore et même très apaisante.

 
En incandescence, une épaisse fumée se dégage du moxa et avec elle, une forte odeur que l’on dit proche de la marijuana, et qui incommodera certains. Il existe des bâtonnets de moxa qui ne dégagent que très peu de fumée et sont moins odorants. Mais leur efficacité est-elle la même?



Propriétés

L’armoise est reconnue pour ses propriétés réchauffantes et circulatoires. Elle intensifie sur le corps, les fonctions de chaleur venues de l’incandescence du moxa.


Certains praticiens utilisent des lampes chauffantes en remplacement de la moxibustion. L’effet est toujours présent mais son efficacité est amoindrie.

Inconforts gynécologiques, articulaires, ou digestifs, les indications sont multiples et ont toutes en commun un excès de froid, un vide de yang, ou une stagnation de l’énergie.


La moxibustion est une technique commune mais loin d’être anodine. Chez certaines personnes, la mauvaise utilisation du moxa empirera même les manifestations et renforcera les déséquilibres du corps. Il est donc fortement déconseillé d’en utiliser sans les conseils d’un acupuncteur compétent.


• Amélie Delaporte-Digard pour www.sereni.org

Retrouvez Amélie sur son site www.comense.fr


Amélie Delaporte-Digard pratique depuis son enfance le shiatsu et le yoga.

Amélie Delaporte-DigardAprès sa formation à Plénitude à Caen, elle devient à 18 ans l’une des plus jeunes professeurs de yoga en France. Elle continuera toujours à étudier par de nombreux voyages en Inde (Rishikesh, Pune) ainsi qu’une formation à l’école Française de Yoga à Paris.

En 2003 elle commence des études de médecine traditionnelle chinoise à l’Institut Chuzhen à Paris. Elle travaille ensuite comme acupunctrice dans un hôpital à Nankin en Chine pour développer son expérience clinique. Le massage Tuina, le Anmo, l’acupuncture lui permettront de compléter ses connaissances sur le corps.

Toujours en recherche d’excellence, elle a la chance de rencontrer le Pr Song en 2011 lors de son premier séminaire en Europe. Après une formation diplômante auprès du Pr Song, Amélie s’est spécialisée en acupuncture esthétique dans son cabinet des Champs Elysées.

Spécialiste du bien-être du corps et de son reflet sur l’esthétique, elle a créé un soin unique pour la beauté du visage qui prend en compte l’ensemble de l’être, le soin Cômense. Retrouvez ses conseils  sur son site internet www.comense.fr

16 rue de Marignan – 75008 Paris
06 83 27 43 50



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *