Les effets du cannabis thérapeutique

En France, de plus en plus de patients et de membres du corps médical reconnaissent les effets positifs du cannabis thérapeutique pour soulager les symptômes de certaines maladies. Pourtant, l’interdiction de celui-ci persiste.

 
 

cannabis-therapeutique-image-du-domaine-public
L’interdiction du cannabis thérapeutique persiste en France. Image du domaine public.

 

Sclérose en plaques, épilepsie, fibromyalgie, hyperactivité, cancer… De plus en plus de patients et de membres du corps médical reconnaissent les effets positifs du cannabis thérapeutique pour soulager les symptômes de certaines maladies. Selon l’ouvrage Cannabis en médecine: un guide pratique des applications médicales du cannabis et du THC de Franjo Grotenhermen, 75 types de cannabinoides répartis en 10 groupes ont été identifiés. Si chacun d’entre eux ont des spécificités des effets généraux sont à noter. Les cannabinoides inhibent la croissance cellulaire de certains cancers, réduisent les vomissements et nausées et agissent sur l’anxiété, le stress, la douleur et les inflammations. Alors que les effets positifs du cannabis thérapeutique sont nombreux et reconnus, la législation française est à la traîne : on estime qu’un tiers des patients font le choix d’enfreindre la loi pour soulager leurs symptômes. Mais le cannabis thérapeutique ne comporte pas que des effets positifs. Afin d’élargir les possibilités de traitement par cette plante, les chercheurs doivent identifier et neutraliser ses effets indésirables comme les vertiges, la perte de mémoire et de capacité intellectuelle, les problèmes de concentration et de perception sensorielle. Les risques sanitaires associés aux conséquences économiques freinent la vente légale du cannabis thérapeutique en France.

 
 
Marinol et Sativex pour soulager ?

 

En France, le cannabis est classé parmi les stupéfiants illégaux et ne peut donc être prescrit. Cependant, quelques médicaments contenant du THC ou du cannabidiol sont autorisés pour certaines affections. On recense principalement le Marinol et le Sativex.

 

Le Marinol

 

Le Marinol est sous forme de capsules à base de THC de synthèse. Il peut être prescrit par le biais d’autorisations temporaires d’utilisation (ATU) mais les contraintes administratives liées à la procédure la rendent peu courante.

 
Le Sativex

 

Le 8 janvier 2014, l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a accordé une autorisation de mise sur le marché (AMM) au Sativex. Ce spray buccal à base d’extraits de plants de cannabis est déjà commercialisé dans plusieurs pays européens, notamment en Allemagne et au Royaume-Uni. Il est utilisé chez certains patients atteints de sclérose en plaques, pour soulager les contractures sévères (spasticité), résistantes aux autres traitements. Comme pour le Marinol, son autorisation ne le rend pas pour autant facile d’accès. L’AMM n’est qu’une étape préalable à la commercialisation du produit, qui interviendra à l’initiative du laboratoire. De plus, le traitement devra être initié par un neurologue et un rééducateur hospitalier : cela représente environ 5 000 patients. Mais presque trois ans plus tard, le Sativex n’est toujours pas vendu en pharmacie. En cause, une négociation infructueuse entre le Comité Économique des Produits de Santé (CEPS), l’organisme chargé en France de déterminer le prix des médicaments, et Almirall, le laboratoire espagnol qui commercialise le Sativex.

 
 
Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *