Les sociétés égalitaires sont les plus heureuses

Richard Wilkinson est un épidémiologiste britannique reconnu pour ses travaux sur les liens entre la santé et les sociétés égalitaires. Pour mieux comprendre la situation, François Ruffin, le fondateur du journal Fakir, s’est rendu à York, en Angleterre, pour aller à sa rencontre.

 

« Économie, sociologie, psychologie, criminologie, et même endocrinologie… Le plus souvent, on a l’impression de regarder des pièces d’un puzzle, mais sans apercevoir toute l’image. Ces pièces, dans son travail statistique, l’épidémiologiste Richard Wilkinson les rassemble, et ça donne une cohérence au tout. Ça nous a fichu le vertige, un genre de révélation. Assez pour qu’on se rende à York, en Angleterre, pour le rencontrer ».

 

 

Les inégalités économiques nuisent à la santé de notre société. Si l’on peut résumer l’entretien que François Ruffin a mené avec l’épidémiologiste britannique Richard Wilkinson en une seule phrase, ce petit ouvrage d’une soixantaine de pages mérite d’être lu par le plus grand nombre. En effet, en une heure à peine de lecture, l’épidémiologiste nous explique de manière claire et concise comment la santé de la société tient moins de la richesse globale de la société qu’à la répartition égalitaire de la richesse. Alors que jusqu’ici nous cherchions à produire davantage de richesses pour améliorer notre condition, nous avons franchi une étape. « C’est la fin d’une époque ». Mais un problème majeur se pose pour Richard Wilkinson qui estime que « nos dirigeants s’attaquent aux conséquences, jamais aux causes, ou plutôt à la cause ». Un constat que l’on retrouve dans bien des domaines comme le travail, la sécurité, l’éducation, etc.

 
 

Pauvreté vs richesse ?

 

L’entretien mené par François Ruffin n’échappe pas à « l’obsession » du journaliste pour Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France. Réalisateur du documentaire « Merci Patron ! », François Ruffin n’a en effet pas pu s’empêcher d’aborder le « cas clinique » du PDG pour illustrer les disparités de richesses. Mais Richard Wilkinson n’hésite pas à recentrer rapidement la conversation : « vous parlez de convertir des personnes riches. Ce n’est pas le sujet. Le sujet, c’est la démocratie. Les riches n’abandonnent leur position que face à une menace sociale ». Un comportement désolant si l’on suit le raisonnement de Richard Wilkinson. D’autant plus que les travaux de l’épidémiologiste prouvent qu’une société égalitaire est bénéfique à la société toute entière, même aux riches.

 

« Les dés ne sont pas jetés, le pire n’est jamais certain. En tant qu’êtres humains, on a pu vivre dans des sociétés égalitaires, disons durant 99% de notre histoire. Mais on a vécu aussi dans des dictatures horribles, dans des tyrannies, avec un système extrêmement hiérarchique. On peut faire les deux, on sait s’adapter. À nous de choisir », Richard Wilkinson.

 

L’égalité c’est la santé (et l’amour aussi…) – Entretien avec Richard Wilkinson, Fakir Éditions, 63 pages, 4 euros.

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *