Le sommeil a rendez-vous avec la lune ?

Vous arrive-t-il de passer de mauvaises nuits et de vous rendre compte que la pleine lune était au rendez-vous ? Souvent perçu comme une légende urbaine, ce phénomène est pourtant bien réel ! Voici l’influence du cycle lunaire sur le sommeil.

 
 
Les soirs de pleine lune ne sont pas réservés aux loups-garous et peuvent s’avérer très pénibles pour les personnes sensibles à leurs effets. Il est parfois difficile de faire comprendre à ses proches d’avoir mal dormi à cause d’une pleine lune. Pourtant, plusieurs études ont récemment prouvé que les cycles lunaires ont un impact direct sur le sommeil de nombreux individus, même lorsque ceux-ci ne sont pas au courant du calendrier lunaire.

 
 

 
 

Un sommeil mis à mal

 

Pleine lune... Image du domaine public.

Pleine lune… Image du domaine public.

Entre janvier 2007 et novembre 2009, une équipe internationale menée par Csilla Zita Turanyi, de l’université Semmelweis de Budapest (Hongrie), a observé le sommeil de 319 personnes. Les données collectées prouvent que les 47 nuits de pleine lune ont un profil différent des autres nuits. En effet, les taux de sommeil profond passent de 10,9 % à 6,1 %, ceux de de sommeil paradoxal tombent de 13,9 % à 10,1 % tandis que ceux de temps d’éveil augmentent visiblement, passant de 20,2 % à 28,7 %. Cette étude parue en novembre 2014 dans la revue Sleep Medicine confirme les travaux préalables de chercheurs suisses. Ces derniers avaient apporté la première preuve scientifique de l’influence du cycle lunaire sur le sommeil dans une étude publiée en août 2013 par Current Biology. Dirigée par le professeur Christina Cajochen, de l’hôpital psychiatrique universitaire de Bâle, l’équipe de scientifiques a observé le sommeil de trente volontaire en se concentrant sur leur activité cérébrale leurs mouvements oculaires ainsi que leurs sécrétions hormonales. Les résultats sont parlant et montrent que les nuits de pleine lune diminuent de 30% l’activité cérébrale liée à la phase profonde du sommeil. De plus, les personnes observées mettent cinq minutes de plus pour s’endormir et dorment vingt minutes de moins. Le professeur Cajochen souligne que les effets des cycles lunaires sont actifs même « si on ne voit pas la lune et que l’on ne sait pas qu’il s’agit d’un soir de pleine lune ».

 
 

Mais si le phénomène a été prouvé à plusieurs reprises, difficile pour autant d’en expliquer ses origines. Plusieurs hypothèses comme la présence d’un rythme « circalunaire » ou les modifications du champ électromagnétique et de l’attraction gravitationnelle les nuits de pleine lune sont émises par les scientifiques. Aucune preuve ne peut les confirmer pour le moment …

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *