Ce que nos odeurs révèlent

Petits, nous nous sentions réconfortés blottis dans les bras de nos mamans, le nez collé à leurs cous parfumés. Plus tard, c’est l’odeur ambrée de la femme qu’on aime le matin qui nous réveille.


Quand on a peur, quand on est malade, quand on a chaud, on ne sent pas pareil. Les odeurs changent en fonction de nos états émotifs.

Sentir le parfum acidulé d’un bébé, et c’est notre enfance qui nous revient en tête. Et que dire de toutes ces odeurs que nous rencontrons tous les jours ! L’odeur du pain tout chaud de la boulangerie, de l’herbe fraîchement tondue, mais aussi des pots d’échappement, de la sueur dans le métro, de la cigarette à la pause du boulot… Les odeurs sont partout. Nous les fabriquons, les émettons et nous ne pourrions pas vivre sans elles. Les odeurs sont un voile de sens dans la vie. Plus que des réactions chimiques, les odeurs corporelles tissent les liens humains. Elles révèlent notre personnalité, ainsi que nos goûts. Ce sont des éléments de communication non verbale. Les odeurs sont des marqueurs de reconnaissance, d’attirance, ou alors de rejet. Nous ne sommes pas tous égaux devant les odeurs, mais profitons de ce pouvoir exceptionnel… pour mieux « sentir » notre vie.



D’où proviennent les odeurs corporelles?

L’odeur que nous dégageons provient des glandes sudoripares et sébacées par l’activité des cellules de la peau. Notre peau contient des millions de petites glandes sécrétant de la sueur. Certaines sont présentes dans toutes les parties de notre corps, et d’autres surtout dans les zones pileuses (les aisselles, les parties génitales). Ces glandes ont un rôle très important puisqu’elles produisent la sueur, qui a un rôle de régulation de la température du corps et de purification.
Le parfum naturel du corps est composé de sébum, de sueur (qui contiennent des hormones), et de l’activité des bactéries sur notre peau. Cette odeur corporelle contient de nombreuses vertus, elle provoque l’attirance sexuelle, permet aussi de nous protéger et a des qualités antiseptiques.



Les odeurs, symboles de nos émotions

Quand on a peur, quand on est malade, quand on a chaud, on ne sent pas pareil. Les odeurs changent en fonction de nos états émotifs. De la même manière, les odeurs possèdent différents effets sur notre cerveau. L’odeur du pied n’a généralement pas le même effet que l’odeur des mains. L’odeur hante le cerveau et constitue un aspect émotionnel important dans les relations. Génétiquement, notre cerveau sait reconnaître et réagir aux odeurs dégagées par notre entourage. Entre celui des parents, de l’être aimé ou de ses enfants, même de celui qu’on déteste. Ne dit-on pas d’ailleurs « Je ne peux pas le sentir ! » ou « Je ne peux pas le blairer ! » Ces expressions démontrent bien le poids des odeurs sur les relations. Les odeurs nous apaisent, nous relaxent et possèdent un pouvoir considérable sur notre cerveau. L’olfactothérapie consiste d’ailleurs à renforcer le bien-être, et le développement personnel par les odeurs, le toucher et les huiles essentielles. Certains entraîneurs sportifs essayent même d’étudier certaines odeurs qui pourraient avoir un effet toni-cardiaque sur les joueurs. De même, nous possédons tous une mémoire olfactive permettant de nous remémorer des événements importants. En effet, le cerveau garde en mémoire toutes les informations capturées par nos organes des sens lors d’une situation particulière.



Avec mon odeur je m’exprime

Tout le monde se souvient du best-seller « Le Parfum » de Patrick Süskind, ou comment un jeune homme au sens olfactif sur-développé arriva à maîtriser les émotions des gens, leurs désirs, leurs réactions grâce aux odeurs. Comment il réussit à contrôler le monde grâce à un parfum unique qu’il inventa. Fiction plus que réalité, il est néanmoins évident que les odeurs possèdent un pouvoir qui nous échappe. Contrairement aux mots, les odeurs appartiennent au domaine du spontané, de l’instinct, et donc de l’émotionnel. Mis à part le parfum que nous choisissons, nos odeurs sont rarement maîtrisables. Notre odeur est la chose la plus intime, la partager est souvent synonyme d’abandon. En revanche, lorsqu’on se parfume, on modifie notre odeur naturelle et on camoufle nos émotions. Choisir un parfum est donc bien souvent choisir un message que l’on souhaite faire passer. Souligner un aspect de notre personnalité. Notre odeur renferme aussi des phéromones ; elles marchent comme des empreintes digitales. Souvent symboles de séduction et d’attirance, les phéromones agissent comme des messages entre les individus. Les récepteurs aux phéromones dépendent d’un patrimoine génétique. Ainsi, longtemps, les parfumeurs ont essayé de copier ce mécanisme en espérant trouver le parfum qui ferait chavirer toutes les têtes. Mais cela est impossible ; nous ne sommes pas tous égaux face aux odeurs.



• Élise Lambert, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *