Anti-moustique : choisissez la méthode naturelle

Ah l’été, les fruits frais, les baignades, les douces soirées et…les piqures de moustiques ! Si certains parviennent à être épargnés, d’autres sont de véritables garde-manger pour les moustiques femelles fécondées. Heureusement il existe des méthodes naturelles pour repousser les attaquants !

 
 

Si seules les moustiques femelles fécondées sont responsables de nos piqures estivales, elles suffisent pourtant à nous recouvrir le corps de boutons. Mais leur quête est légitime. Car notre sang possède des protéines indispensables pour nourrir leurs œufs. Et le rôle de mère moustique n’est pas de tout repos. Avec un cycle de 200 œufs pondus en moyenne suivis d’une piqure et d’une ponte répété plusieurs fois, elles peuvent théoriquement donner naissance à près de 3 000 moustiques en un mois !

 

Le moustique tigre n’est pas sensible à la citronnelle. Image du domaine public.


 

Qui sont les cibles des moustiques ?

 

Si les femelles moustiques ne vous voient pas, elles vous repèrent à l’odeur. Pas la peine de prendre plusieurs douches ou de vous recouvrir d’ail puisque c’est le CO2 dégagé par le corps et la respiration qui les attirent jusqu’à plusieurs dizaines de mètres. Les personnes qui font des efforts physiques et transpirent, qui respirent fort et qui ont une masse corporelle importante sont donc des hôtes de choix pour ces insectes. Plusieurs recherches tendent à prouver qu’il existe des petits chanceux qui n’attirent pas les moustiques. Ceux-ci émettraient des composés chimiques, comme que le 6-methyl-5-hepten-2, qui repoussent naturellement les moustiques.

 
 

Se protéger des piqures

 

Tout est dit dans le nom et pourtant, on ne pense pas forcément à sortir cet outil de choc… La moustiquaire est une base solide pour éviter de se faire piquer durant son sommeil. La citronnelle est efficace mais n’éloigne pas toutes les espèces, comme le moustique tigre qui ne s’arrête pas à son odeur. Cependant, vous pouvez disposer du basilic, de la menthe, des oranges piquées de clous de girofle ou encore des géraniums sur les rebords des fenêtres, des balcons ou sur la table pour faire fuir les moustiques. Rappelez-vous, la transpiration et le parfum attirent les moustiques : pensez donc à mettre du talc dans le premier cas et à éviter les cosmétiques parfumés dans le deuxième ! Il est également recommandé de ne pas laisser traîner de l’eau stagnante dans votre maison et près des ouvertures. C’est l’endroit idéal pour le développement des larves. Sciences et Avenir déconseille les bracelets anti-moustiques efficaces uniquement vers la zone du poignet, et les applications smartphones censées éloigner les moustiques par l’émission d’ultrasons mais totalement inefficaces.

 

Si la température augmente de 1 ou 2°C dans les prochaines décennies, le territoire des moustiques porteurs de maladies tropicales pourrait s’étendre vers le nord, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Pour connaître en temps réel la présence des moustiques communs et dangereux en France et dans le monde, consulter le site : vigilance-moustiques.com.

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *