Reconnaître la fibromyalgie

Caractérisée par des douleurs chroniques et une fatigue intense, la fibromyalgie touche 1,2 à 2 millions de personnes en France. Avec une reconnaissance difficile de la maladie et un diagnostic compliqué, la fibromyalgie est d’autant plus difficile à vivre pour ceux qui endurent les symptômes.

 
 

671665-douleurs-articulaire

 

La fibromyalgie est caractérisée par des douleurs chroniques et diffuses qui s’accompagnent généralement de fatigue intense. Reconnue comme maladie par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) depuis 1992, elle est considérée comme un syndrome en France. Mais les 2 millions de personnes touchées dans l’hexagone, les associations ainsi que des spécialistes de la santé ont œuvré pour que les choses changent. Mercredi 12 octobre 2016, un rapport d’enquête parlementaire a été publié afin de mieux identifier la fibromyalgie tandis qu’une expertise collective commandée par le ministère de la Santé est menée par l’Inserm depuis le mois de mai. La reconnaissance de la fibromyalgie comme maladie pourrait ouvrir la voie au financement de la recherche pour mieux la comprendre et permettre aux malades de bénéficier d’une prise en charge par l’Assurance maladie.

 
 

Identifier et comprendre la fibromyalgie

 

Une étude récente publiée dans la revue Pain pourrait faciliter la détection de la maladie. Des chercheurs de l’université du Colorado ont identifié des différences dans la réponse cérébrale à des stimuli douloureux et non douloureux qui permettaient d’identifier les personnes atteintes de fibromyalgie avec 93 % de précision. Grâce à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle et des techniques d’intelligence artificielle, les scientifiques ont étudié l’activité du cerveau de 37 personnes atteintes de fibromyalgie et 35 personnes en bonne santé. Après avoir exposé les deux groupes à des signaux visuels, auditifs et tactiles non douloureux, puis à une pression douloureuse, ils ont identifié trois sous-types de marqueurs neurologiques liés à l’hypersensibilité à la douleur. Plusieurs études devront cependant confirmer ces résultats avant qu’ils puissent être utilisés dans la pratique clinique.

 

En plus de la difficulté à poser un diagnostic et du manque de formation du corps médical, les patients doivent parfois faire face à des médecins qui ne croient pas à cette maladie : on les appelle les « fibrosceptiques ». À cela peut s’ajouter une incompréhension de l’entourage qui peut entraîner l’isolement des malades. Pourtant, la douleur subie au quotidien est bien réelle. Et si quelques patients voient leur état s’améliorer via des antidépresseurs ou des antalgiques, la plupart d’entre eux ne tolèrent pas bien ces médicaments.

 
 

Atténuer la douleur en douceur

 

De nombreux malades cherchent à se tourner vers des alternatives naturelles pour soulager leurs douleurs. Une idée judicieuse selon une étude publiée en septembre 2016 sur le site de l’institut Mayo clinic du Minnesota (Etats-Unis). Les chercheurs ayant réalisé l’étude se sont basés sur des recherches datant de 1966 à mars 2016. L’équipe de scientifiques a alors démontré que le yoga, le tai-chi, le massage, des techniques de relaxation incluant la méditation permettent d’atténuer considérablement les douleurs des personnes atteintes de fibromyalgie. L’étude met également en avant l’acupuncture, alternative très appréciée des patients.

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *