Les chiens nous comprennent-ils ?

Nous avons parfois l’impression qu’il ne leur manque que la parole… S’ils ne peuvent pas encore nous dire clairement ce qu’ils ont en tête, les chiens ont la capacité de distinguer nos mots et nos intonations.

 
 

chien-intonation-image-du-domaine-public

Le processus cérébral du chien est similaire à celui de l’être humain. Image du domaine public.


 

La relation qui existe entre un chien et son maître est très particulière. Nous considérons généralement notre compagnon à quatre pattes comme un membre à part entière de la famille, un être sensible qui ressent nos joies et nos peines et qui nous comprend. Si cet amour réciproque et cette compréhension peuvent sembler étrange pour certains, la science vient de prouver que non seulement les chiens sont attentifs à ce que nous disons mais qu’ils sont également sensibles à la manière dont nous le faisons. Le 29 août 2016, la revue américaine Science a publié une étude menée par des chercheurs de l’université Eötvös Loránd de Budapest. Attila Andics, spécialiste du langage et du comportement chez les animaux, et son collègue Adam Miklosi se sont intéressés aux régions du cerveau mobilisées chez le chien quand ce dernier entend une information. Pour mener à bien leurs recherches, les scientifiques hongrois ont dressé 13 chiens de différentes races à rester immobiles dans un tunnel d’images à résonance magnétique (IRM). Cela leur a permis de mesurer l’activité cérébrale des chiens pendant qu’ils écoutaient parler leur maître.

 


 
Des mots et des intonations

 

Pendant l’expérience, les maîtres ont prononcé, sur un ton chaleureux et sur un ton neutre, différents mots qu’ils utilisent régulièrement devant leur chien. Les chercheurs ont alors constaté que peu importe le ton utilisé, l’hémisphère gauche s’activait lorsque le mot avait un sens pour l’animal. À l’inverse, peu importe si le mot avait du sens ou non pour le chien, l’hémisphère droit réagissait fortement lorsque l’intonation exprimait un sentiment. Enfin, les scientifiques ont observé que le centre de la récompense, qui réagit à la nourriture ou au plaisir sexuel, était activé lorsque la signification du mot ainsi que l’intonation étaient positives. Cette zone qui s’active uniquement lorsque ces deux facteurs sont réunis montre que le chien ne se contente pas de segmenter les informations qu’il reçoit mais qu’il peut également les combiner. Attila Andics rappelle que « le cerveau humain non seulement analyse séparément les mots que nous entendons mais aussi la manière dont ils sont dits, intégrant les deux types d’informations pour parvenir à un sens ». Le processus cérébral du chien est donc similaire à celui de l’être humain. Pour les chercheurs, les résultats de cette étude indiquent que la communication entre chiens et humains pourrait à terme être facilitée.

 
 
Sarah Belnez pour Sereni Magazine.
 
 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *