Le syndrome de Gilles de la Tourette

Le syndrome de Gilles de la Tourette (SGT) est un trouble neurologique caractérisé par des tics involontaires et répétés. C’est au XIXème siècle que le médecin français Georges Gilles de la Tourette a décrit ce syndrome après avoir constaté ces tics chez neuf patients.

 
 

le-syndrome-de-gilles-de-la-tourette-se-developpe-durant-lenfance-image-du-domaine-public
Le syndrome de Gilles de la Tourette se développe durant l’enfance. Image du domaine public.

 

Le syndrome de Gilles de la Tourette (SGT) est un trouble neurologique caractérisé par des tics moteurs (clignement des yeux, secouer la tête de façon saccadée, grimaces, etc) et vocaux (injurier, bégayer, renifler, se racler la gorge, etc). Ces tics involontaires et répétés peuvent donner l’impression d’être intentionnels et compliquent les relations du patient. Le SGT est souvent associé à d’autres troubles comme le trouble obsessionnel compulsif (TOC) ou le trouble du déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH). Selon le centre d’évaluation neuropsychologique et d’orientation pédagogique (CENOP), cela peut se traduire par un manque d’organisation, des crises explosives à la moindre contrariété, une marginalisation, de la provocation…

 
 

Quelles sont ses origines ?

 

Le SGT est complexe et ses origines exactes ne sont pas connues. On suppose cependant que le syndrome résulte d’une combinaison de facteurs environnementaux et génétiques. Si le SGT est souvent présent chez plusieurs membres d’une même famille, aucune preuve scientifique ne permet de confirmer la composante génétique (aucun gène responsable n’a été identifié). Le syndrome touche davantage les garçons que les filles. Il se développe avant l’âge de 18 ans selon le Diagnostic and statistical manual of mental disorders, American Psychiatric Association (DSM-5) et avant l’âge de 21 ans selon le Tourette Syndrome Classification Study Group (TSSG). Ces deux rapports servent de références pour définir le SGT.

 

Il n’existe aucune statistique permettant de déterminer le nombre exact de personnes atteintes du syndrome en France.

 
 

Comment poser un diagnostic ?
 

Le diagnostic du SGT s’établit d’après l’histoire du patient et l’examen neurologique. Ce dernier a pour objectif de confirmer que les gestes décrits sont bien des tics et non un autre type de mouvements. Prises de sang, imagerie cérébrale par scanner, électroencéphalogramme… il n’existe pas d’examen complémentaire permettant de poser le diagnostic. Cependant, des examens peuvent avoir lieu pour exclure la possibilité d’une autre maladie. Récemment, la revue Brain and Language a publié une étude menée par des chercheurs de l’université de Newcastle en Angleterre. Comme le rapporte le Daily Mail, les scientifiques suggèrent que des tests de la parole et des exercices de phonologie permettraient de diagnostiquer plus rapidement la maladie.

 
 

Quel traitement ?
 

Si le syndrome ne se guérit pas, les patients peuvent suivre un traitement pour diminuer leurs symptômes lorsque ceux-ci sont trop gênants. Les troubles comportementaux associés (TOC et/ou TDAH) sont également pris en charge au cas par cas. À ces traitements médicamenteux s’ajoute généralement un soutien psychologique auprès d’un psychologue ou d’un psychiatre. Les personnes atteintes du syndrome peuvent également trouver une oreille attentive auprès des différentes associations françaises comme l’Association Française du Syndrome de Gilles de la Tourette ou Tourette romandie. Tourette romandie fait référence à d’autres alternatives comme l’acupuncture, les thérapies diététiques ou la thérapie par la relaxation. L’association souligne que « l’absence d’étude démontrant scientifiquement l’efficacité d’une technique donnée ne constitue pas une preuve de son inefficacité » et précise ne pas pouvoir « émettre de recommandations quant à l’utilisation de telles techniques. Libre à chacun d’essayer en ayant conscience que ce sont des solutions complémentaires pour apprendre à vivre avec les symptômes et les gérer de façon appropriée ».

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *