Le sida, on en parle ?

Avec plus de 35 millions de personnes infectées par le VIH dans le monde en 2013, le sida n’a jamais fait autant parler de lui. Virus, traitement, évolutions scientifiques… Que savons-nous réellement de cette épidémie ?

 
 

sida-image-du-domaine-public

Le VIH touche plus de 35 millions de personnes dans le monde. Image du domaine public.


 

Le VIH ou « Virus de l’Immunodéficience Humaine » est le virus responsable du Sida. Il s’introduit dans l’organisme et affaiblit progressivement le système immunitaire en détruisant des cellules du sang, les lymphocytes. Cela entraine de graves conséquences sur la santé pouvant aller jusqu’au décès. Le VIH touche plus de 35 millions de personnes dans le monde selon l’OMS (2013). D’après un rapport de l’ANRS et du CNS, on estime que 150 000 personnes étaient infectées par le VIH en France en 2010. Depuis les années 1980, les chiffres du Sida suscitent une mobilisation à l’échelle mondiale dans les domaines de la prévention, de la recherche scientifique, de la prise en charge des malades et de la lutte contre la stigmatisation et la discrimination.

 
 

Origines du virus

 

Découvert en 1983, le VIH serait apparu chez l’homme vers 1908. L’Afrique fut d’abord touchée dans les années 1960 avant que le virus ne se propage au continent nord-américain puis à l’Europe et partout ailleurs dans le monde à la fin des années 1970. Rapidement, la question du « patient zéro », la première personne à avoir contracté la maladie, s’est posée. C’est Gaëtan Dugas, un steward homosexuel canadien, qui a endossé ce rôle au milieu des années 1980. Stigmatisé et tenu pour responsable de l’épidémie de sida aux États-Unis, il est mort de cette maladie en 1984. Mais il aura fallu attendre le 26 octobre 2016 pour qu’une équipe de chercheurs démonte scientifiquement ce mythe avec une étude publiée dans la revue scientifique Nature.

 
 

Quels traitements ?

 

La prévention et le dépistage sont les outils les plus puissants pour lutter contre le VIH. Il n’existe en effet aucun moyen de guérir complètement du virus. Cependant, les traitements disponibles, dits « traitements antirétroviraux » permettent d’empêcher le VIH de se multiplier dans le corps, de produire un nombre suffisant de lymphocytes et d’allonger l’espérance de vie des personnes atteintes, avec une bonne qualité de vie. En France, le traitement du VIH est pris en charge à 100 % par la sécurité sociale (Affection Longue Durée- ALD). Le soutien psychologique et la lutte contre la discrimination, notamment contre les personnes homosexuelles, sont de véritables atouts dans le combat contre la maladie.

 

Si chacun se doit d’être vigilant et de mettre en garde les nouvelles générations, tous les espoirs sont permis. Alors que l’on attend les résultats officiels d’un essai clinique portant sur 50 personnes et au terme duquel un homme n’avait plus du tout de virus VIH dans son sang, deux biologistes de l’université hébraïque de Jérusalem tentent de mettre au point une méthode de traitement révolutionnaire basée sur le mécanisme d’autodestruction de la cellule malade.

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *