La pornographie pour sauver l’environnement

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue durée, plusieurs sites de vidéos pornographiques tentent de contrebalancer notre empreinte écologique.

 
 

porno-environnement-image-du-domaine-public
La pornographie pour protéger l’environnement ? Image du domaine public.

 

Envoyer un mail, consulter un site, regarder des vidéos en streaming… De nombreux gestes du quotidien génèrent une quantité non négligeable d’émissions de CO2. Selon un rapport de septembre 2008 réalisé par l’agence d’évaluation environnementale BIO Intelligence service pour la Commission européenne, les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont responsables de 2 % des émissions européennes de gaz à effet de serre. Afin de contrer ce chiffre qui pourrait doubler d’ici 2020 si nous ne changeons pas nos habitudes, certains sites de vidéos pornographiques s’investissent dans la cause environnementale.

 
 

Planter des arbres avec Pornhub

 

Le 25 avril 2014, à l’occasion de la Journée nationale de l’arbre aux États-Unis, la plateforme de vidéos pornographiques Pornhub s’est intéressée au problème de la déforestation. Avec l’opération « Gives America wood » (Donnez des forêts à l’Amérique), Pornhub s’engageait à planter à un arbre chaque fois que 100 vidéos de la catégorie « big dick » (gros pénis) étaient visionnées. Une idée très futée de la part de ce géant de la cyber pornographie puisque, en plus d’une belle opération de communication à moindre coûts, Pornhub a permis la plantation de près de 15 000 arbres.

 
 

Fuck For Forest : protéger l’environnement et l’être humain

 

Certaines organisations ne se contentent pas d’une opération ponctuelle mais concentrent toutes leurs actions en faveur de la cause environnementale. Créée en 2004, l’organisation à but non lucratif Fuck For Forest (FFF) cherche à collecter de l’argent pour protéger la faune et la flore. FFF explique que le site « a vu le jour afin d’attirer l’attention sur la manière dont l’homme détruit la nature et expose de la nudité au sens naturel du terme ». Le site contient « des images et du texte à caractère sexuel et érotique. Mais également des révélations choquantes sur la manière dont l’homme exploite la planète ». Ceux qui se décrivent comme des « erotic activists » (activistes érotiques) estiment que la plupart du temps le sexe est utilisé pour nous faire acheter pleins de produits et d’idées alors que la sexualité et le plaisir sexuel sont l’un des meilleurs cadeaux et une force essentielle de la nature. FFF prône une pornographie alternative qui respecte l’être humain et les personnes qui tournent pour eux. Tout le monde peut devenir un activiste érotique pour FFF en envoyant des vidéos ou des photos érotiques ou en se proposant pour faire des vidéos et photos directement avec l’organisation. Grâce à la vente de photos, vidéos, tee-shirts et autres objets, FFF a pu soutenir de nombreux projets environnementaux. Ils ont entre autre investi 25 246 euros pour racheter 60 hectares de terres au Costa Rica afin de replanter des arbres, 21 765 euros pour protéger des forêts et des animaux en Slovaquie, 13 000 euros pour promouvoir la permaculture au Brésil…

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *