Instinct de survie / The shallows

Sorti en France le 17 août 2016, Instinct de survie (The shallows) est un thriller américain réalisé par Jaume Collet-Serra. L’actrice Blake Lively est pratiquement seule face à un grand requin blanc durant 86 minutes.

 
 

instinct-de-survie-capture-decran-youtube

Instinct de survie. Capture d’écran Youtube.


 

« Nancy surfe en solitaire sur une plage isolée lorsqu’elle est attaquée par un grand requin blanc. Elle se réfugie sur un rocher, hors de portée du squale. Elle a moins de 200 mètres à parcourir à la nage pour être sauvée, mais regagner la terre ferme sera le plus mortel des combats… ».

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

 


 
Une jolie jeune femme et un requin assoiffé de sang : le synopsis d’Instinct de survie ne semble pas déroger à la règle des nanars du genre tels que Shark 3D, Sharknado, Sharktopus, Avalanche Shark ou encore L’Attaque du requin à deux têtes. Pourtant, la solitude à laquelle est confrontée Nancy (Blake Lively) donne un autre ton au film. Et si l’ambiance est pesante et angoissante, les scènes de violence et de sang sont relativement contrôlées. Dans une interview accordée à Entertainment Weekly, l’actrice connue pour son rôle dans la série Gossip Girl partage son sentiment vis-à-vis des squales : « à cause du réchauffement climatique, les grands requins blancs qui étaient dans les eaux profondes sont maintenant dans des eaux plus superficielles. C’est irresponsable et ignorant de penser que ce sont des monstres dont on doit se débarrasser ». Dans le film, la surfeuse s’aventure sur leur terrain, seule et à une heure déconseillée. Le requin a lui aussi été blessé par la main de l’Homme. Pour l’actrice, cela raconte « l’histoire de chacun de nous tentant de survivre sur cette planète ». Une vision du requin qui diffère de la machine à tuer proposée par Steven Spielberg dans Les dents de la mer. La jeune actrice autrefois terrifiée par les requins avoue d’ailleurs n’avoir jamais regardé ce classique du cinéma. C’est en nageant avec des grands requins blancs il y a cinq ans qu’elle a changé son point de vue, réalisant que ce sont des animaux pacifiques qui s’en prennent rarement à l’Homme. Sur la base des données recueillies par l’International Shark Attack File, 701 attaques de requins ont été répertoriées dans le monde entre 2005 et 2014, dont 44 mortelles. Cela représente moins de 5 morts par ans. Comme l’a souligné Blake Lively, le réchauffement climatique a changé la donne puisqu’il y a eu 98 attaques de requins dans le monde en 2015 selon le Planétoscope. Cependant, le nombre de morts n’a pas tellement augmenté : six personnes sont décédées lors de ces attaques. Des chiffres qui parviennent pourtant à créer de l’hostilité et de la peur envers ces animaux. Un véritable paradoxe lorsque l’on sait que plus de 3 requins sont massacrés chaque seconde en moyenne (notamment pour leur aileron utilisé dans la gastronomie du sud-est asiatique), c’est à dire selon les estimations, de 38 à 100 millions de requins tués par l’homme chaque année.

 

Si Instinct de survie dépeint le requin comme un danger et use de nombreux stratagèmes grossiers, il bénéficie d’une actrice qui comprend et communique sur la réputation injuste attribuée aux requins.

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *