Colocation intergénérationnelle : un toit, deux générations

Partage, solidarité, économie… Les fondements d’une colocation intergénérationnelle sont multiples. Des dizaines d’associations œuvrent pour rassembler étudiants et seniors sous le même toit.

 
 

La colocation intergénérationnelle permet à chacun de trouver son compte. Image du domaine public.
La colocation intergénérationnelle permet à chacun de trouver son compte. Image du domaine public.

 

Le principe de la colocation intergénérationnelle est simple : faire des économies en privilégiant le partage et la solidarité. Si le Gouvernement et les médias sensibilisent les publics à la solitude des seniors durant les périodes de canicule, l’isolement est un fléau présent tout au long de l’année. Mais les personnes âgées ne sont pas les seules dans cette situation. Quitter le noyau familial pour une chambre de bonne peut être une étape très pesante pour certains étudiants. Pour vaincre cette solitude, de nombreuses associations telles que Le Pari Solidaire, ensemble2générations ou Le temps pour toiT rassemblent plusieurs générations sous un seul toit.

 
 

Une législation en pleine évolution

 

Plusieurs formules peuvent être envisagées dans le cas du logement intergénérationnel. L’étudiant peut ainsi bénéficier d’une chambre gratuite s’il s’engage à être présent le soir et à aider la personne âgée dans certaines taches (faire les courses, la lecture, sortir les poubelles, cuisiner…). Dans un deuxième cas, il paye une somme modérée pour une chambre, est libre de son temps mais s’engage à régulièrement tenir compagnie à la personne âgée pour l’aider dans des taches précises. Enfin, il existe des chambres dites « classiques » où l’étudiant paye un loyer et est totalement libre et indépendant. Sans bail ni contrat de travail, la colocation intergénérationnelle mêle plusieurs dispositions légales. Grâce à son succès et au combat des différentes associations, la colocation intergénérationnelle se développe et montre un besoin d’encadrement de la loi. Dans un cadre qui n’est pas médico-social mais citoyen et solidaire, la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement propose la « création d’un label spécifique pour les associations » comme « facteur de confiance » et la « rédaction d’une charte de la cohabitation intergénérationnelle et d’un modèle de convention » pour mieux « sécuriser cette pratique ». Enfin, les « résidences autonomie peuvent également accueillir en leur sein, au même titre que des personnes âgées ou handicapées, des étudiants ou des jeunes travailleurs, afin d’y poursuivre l’objectif de la cohabitation intergénérationnelle ».

 
 

S’enrichir grâce à l’autre

 

Si la volonté d’intégrer une colocation intergénérationnelle est souvent liée au facteur économique, elle permet à chacun de s’enrichir émotionnellement. Les étudiants peuvent transmettre leur énergie et leurs connaissances sur les dernières technologies tandis que les seniors partagent leur expérience. Mais avant de se lancer, seniors et étudiants doivent être conscients qu’ils partageront leur quotidien avec une personne qui n’a pas le même rythme ni la même vision du monde. Il faudra donc être patient et savoir prendre le meilleur de l’autre. Plus qu’un contrat, choisir une colocation avec un senior représente un véritable engagement.

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *