Votre bébé rêve t-il ?

Dès les premiers mois, les bébés sont capables de rêver, avec l’aide du développement de leurs cinq sens.
Même in utero, les fœtus ont des images mentales.
A quoi rêve un bébé ?
A son prochain biberon ?
A des sensations venues de ses profondeurs ou des soubresauts de son cerveau en construction.
Ses rêves vont-ils puiser aux sources de son état d’avant naissance ?


Lorsque bébé dort, il lui arrive de faire des mimiques, des sourires ou des froncements de sourcils. Toutes ces réactions aussi craquantes les unes que les autres sont les manifestations d’une vie remplie de songes ?
Oui, un bébé ne fait pas que dormir paisiblement.
Il dort intensément !


Ce n’est pas nouveau : les bébés dorment énormément, surtout les premiers mois, pendant environ 16 heures par période de 3 à 4 heures. Mais ce que l’on ignorait jusqu’à maintenant, c’est qu’un bébé rêve durant la moitié de cette période de sommeil, soit près de 8 heures par jour !


Son sommeil se découpe en plusieurs phases caractéristiques dont celle du « sommeil agité » où bébé affiche des moues réprobatrices qui feraient croire qu’il est éveillé : c’est le moment où le cerveau fonctionne de manière intense.


Mais à quoi bébé rêve-t-il durant ces longues périodes de sommeil ?


Cette question est complexe car nous savons que les rêves sont pour la plupart constitués d’éléments que nous avons vécu durant la journée ou les journées précédentes, et font donc appel à la mémoire à court ou long terme.


Or la mémoire de bébé ne se développe que bien plus tard et la capacité de se souvenir de ses rêves se situe aux alentours de 3 à 4 ans. On peut toutefois supposer que bébé rêve de biberons ou de câlins, qui sont ses activités les plus courantes au cours d’une journée.


Pour nos scientifiques


Les rêves de bébé resteraient donc à un stade assez rudimentaire car le développement de son cerveau n’est pas encore achevé. Les fonctions qui lui permettent de reconnaître l’environnement dans lequel il baigne ne sont pas assez développées pour rêver comme un adulte.


En effet, ce n’est qu’à partir de l’acquisition du langage que les enfants commencent à avoir des souvenirs et sont capables de les raconter. Ces récits sont toutefois confus et pas très variés et comportent souvent la présence d’animaux, mais l’enfant lui-même n’est pas impliqué directement dans son rêve dont il reste spectateur. Ainsi, ce ne sera que vers l’âge de 7 ans que les rêves de l’enfant se rapprocheront de ceux des adultes.


Toutefois …


Certains sages en Asie affirment qu’un nouveau-né n’est pas encore complètement imprégné par les événements dans cette vie, et qu’il vit peut-être encore avec des mémoires passées. Ainsi le sommeil et le quotidien de bébé pourraient être emplis de souvenirs intra-utérins ou de réminiscences venues de ses vies antérieures.


A moins que bébé reste imprégné par ce monde indifférencié de la non-vie et de la non-mort, celui dont il était conscient avant son incarnation… Car dans certaines traditions orientales, l’âme avant de se réincarner vit dans un état de béatitude et d’éveil. Peut-être alors que bébé rêve du paradis perdu d’avant sa naissance, lorsqu’il dégustait l’éveil comme une normalité. Peut-être ensuite cherchera t-il toute une vie cet éveil du Bouddha et des grands sages avant de le reconnaître à nouveau.


Une chose est certaine :
même dans l’hypothèse où bébé vive d’autres réalités que les nôtres, dans un espace au-delà du temps, son quotidien et le développement de son cerveau vont lui faire oublier inexorablement les premiers rêves de son existence.


On ne peut rien affirmer sur le vécu onirique d’un bébé.
Tous les possibles ne sont que des pistes.
Puissent ces réflexions nous ouvrir les yeux sur une réalité évidente :
un bébé est un être à part entière, ce n’est pas un petit d’homme.
Il a une dimension immense que nous soupçonnons à peine.


Alors regardons notre bébé avec de nouveaux yeux.
Observons-le dormir comme s’il vivait de profondes réalités.
Peu importe lesquelles.
Chut ! Bébé dort, bébé rêve.
Il s’éveille.
Eveillons-nous à lui.


Alain Delaporte-Digard pour www.sereni.org

 



Alain Delaporte-Digard
Pendant ses nombreux tours du monde, Alain Delaporte-Digard a développé une connaissance de l’être dans sa globalité, une compréhension du fonctionnement du corps et de ses blocages, un savoir-faire amenant au savoir-être.
Il a créé avec sa femme Josiane une méthode pour réguler les flux dans le corps, la bioRégulation. Il continue à créer des SPA dans le monde entier (Giorgio Armani à Tokyo, le nouveau paquebot France, …, SPA en Azerbaidjan et au Maroc en cours)

Alain consulte dans son cabinet
Sereni SPA
16 rue de Marignan 75008 Paris
01 42 09 54 69

Enregistrer

Enregistrer



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *