Quelle télévision pour nos enfants ?

On estime que les Français passent en moyenne trois heures et demie par jour devant la télévision. Depuis l’arrivée de la petite lucarne dans les foyers français dans les années 50, la télévision n’a cessé d’évoluer et de s’adapter à un public de plus en plus nombreux.

La télévision influence nos loisirs, nos savoirs, notre culture. Elle crée des codes communs.

Du premier journal télévisé à la première émission de télé-réalité, la télévision reflète bien souvent les préoccupations de notre société. Seulement, la télévision peut vite devenir un faux-ami. La violence, les stéréotypes, ou le sexisme sont souvent présents, et il n’est pas toujours facile de rester vigilant. De nombreux spécialistes se sont penchés sur le danger potentiel que la télévision pouvait présenter sur la santé des individus, et l’influence qu’elle pouvait avoir sur les enfants. Outre les problèmes de santé, la télévision peut aussi être nocive pour l’éducation des enfants. Comment faire pour que la télévision reste un allié ?



La télé, c’est mieux en petite quantité

Près d’un enfant sur deux aux États-Unis possède son propre téléviseur. Ces derniers passent autant de temps par an devant la télé qu’à l’école. Ces chiffres ont de quoi inquiéter. Pourtant ces comportements  sont tout à fait banalisés.
Regarder la télévision empêche cependant de sortir dehors, de pratiquer un sport, de discuter avec des amis, ou de veiller à ce qui nous entoure. En effet, la télévision possède un pouvoir hypnotique qui occupe toute notre concentration et ne laissant souvent aucune place à l’esprit critique. Elle nécessite une disponibilité de notre corps et de notre esprit. Un journal scientifique « Biologist » a publié une étude selon laquelle la télévision freinerait la production de mélatonine, ou hormone du sommeil. En conséquence, elle dérèglerait le rythme biologique. Obésité, problèmes cardiaque, retard scolaire… on ne compte plus les conséquences indirectes engendrées par une consommation trop intense de télévision. Pourtant, il ne sert pas à grand chose de diaboliser la télévision, comme dans n’importe quel média, elle présente de nombreuses ressources de qualité. Reste à savoir comment les choisir.



Prévenir vaut mieux que guérir

La télévision influence nos loisirs, nos savoirs, notre culture. Elle crée des codes communs. Elle nous informe de ce qui se passe dans le monde, et montre ce qui n’est pas forcément à portée de main. Avec l’arrivée des chaînes numériques, le nombre de programme s’est multiplié, le contenu s’est diversifié, et il est parfois difficile de faire un choix ! En fonction de l’âge, des goûts, du temps, les choix sont souvent bien différents même au sein d’une famille. La télévision a du bon quand elle est partagée. Pendant et après. La regarder ensemble permet de susciter le débat, la confrontation des points de vue. Les parents peuvent aussi éveiller leurs enfants avec des programmes qu’ils sélectionnent. Approfondir un sujet télévisé par la parole, les livres. Cela peut permettre de transmettre des valeurs, d’aborder des sujets souvent délicats. La télévision peut être un support d’apprentissage très efficace si on ne la regarde pas passivement. Elle peut aussi permettre de passer d’excellents moments de joie, de partage autour d’un bon film. Cependant, laisser un enfant tout seul devant la télévision, c’est comme le laisser au milieu des gangs, de la guerre, de la violence et d’idées contraires à nos valeurs. La télé s’éduque et se choisie.



Garder l’esprit critique

Entre réalité et fiction, il faut savoir expliquer la différence. Plus l’on grandit, plus on est capable de faire la différence entre le monde télévisé et la réalité. Pourtant, les valeurs parfois implicites des programmes (superficialité, racisme, cupidité…) sont souvent lourdes de conséquences dans la réalité. A trop regarder la télévision, on pourrait croire que la violence est banale. Une banalité qui provoquerait un accroissement de la peur. La télévision influence nos manières de penser, encore plus le jeune public. Pour ne pas faire de la télévision un ennemi, il faut savoir garder un esprit critique, savoir décoder les messages et éveiller les plus jeunes sur la manière dont est produite la télévision. Derrière la caméra, le point de vue est déjà tout différent. Alors finalement en étant averti, la télévision est une source de connaissances infinie. Il ne faut juste pas que la télévision devienne toute notre vie.


• Élise Lambert, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *