Conte musical : le double langage du récit et de la musique

On connaît surtout Émilie Jolie, Pierre et le Loup ou Le Petit Prince car il existe finalement assez peu de contes musicaux commercialisés. Cependant, on peut trouver de nombreux spectacles de conteurs musicaux. Mais quel est l’intérêt d’un conte musical ? Qu’apporte la musique au récit ou le récit à la musique ?

 

 

La musique, tout un langage

 

 

Il existe aussi des contes uniquement musicaux où la musique raconte une histoire à elle seule. L’œuvre de Camille Saint Saëns, Le carnaval des Animaux en est un bel exemple. Il s’agit là plutôt d’un voyage ou d’une promenade que d’un véritable conte, mais la musique emmène tout de même son auditeur dans l’océan, dans une volière, auprès des kangourous ou dans un aquarium !

 

 

Camille St Saëns joue avec toute la gamme des instruments de l’orchestre pour représenter les différents animaux grâce à la musique : l’aquarium avec son univers aquatique, l’éléphant est représenté avec la contrebasse et ses sons graves, le cygne est représenté par la légèreté, la douceur et la grâce… Au contraire dans « Poules et coqs« , les sons aigus et soudains emmènent dans l’univers de la basse cour dans un parfait désordre organisé. Il s’amuse à imiter le bramement d’un âne ou le chant du coucou : un véritable zoo musical qui pourra enchanter et amuser les petits et les grands.

 

 

La musique, langage universel

 

 

Certains contes musicaux sont écrits dans le but de stimuler l’imagination mais dans le cas du Petit Prince, le conte a été adapté plus tard. Cette version musicale rend le récit plus abordable pour les enfants qui ne savent ou n’aiment pas lire mais peut aussi être décevante pour ceux qui sont habitués au célèbre conte de Saint-Exupéry !

 

 

Si la musique permet d’aborder différemment des œuvres littéraires, elle permet aussi, à l’inverse de « populariser » des œuvres de grands compositeurs comme Ravel, Bach, Tchaïkovski, Mozart ou Chopin.

 

 

Les contes musicaux permettent aux plus petits de découvrir une œuvre musicale ou bien un récit d’une manière plus ludique.

 

 

La musique est déjà un langage à elle toute seule et permet d’exprimer de nombreux sentiments. Lorsque des paroles s’y ajoutent, son impact en est décuplé. C’est sûrement pour cela que les contes musicaux plaisent autant !

 

 

? Idée sortie : 5 février : contes musicaux zen au Dojo zen de Paris

 

 

• Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *