Assurance vie : le placement préféré des Français

L’assurance vie est avant tout un système d’épargne, dès lors, souscrire un contrat vie donne à la personne assurée des avantages intéressants à savoir :

L’assurance vie est le placement préféré des français, et pour cause, la souplesse financière en termes de fiscalité reste très attrayante.

– l’octroi d’une rente viagère après la retraite
– la possibilité d’avoir un capital revalorisé à la dite retraite pour permettre un nouveau départ
– l’assurance d’avoir des revenus en sus de la retraite normale et aussi en cas de décès prématuré.


Elle offre également la possibilité de laisser à ses ayants droits des moyens qui les prémunissent du dénouement. La prime d’assurance est tributaire de l’âge de l’assuré, de ses possibilités financières et du capital choisi, donc la prime d’assurance est proportionnelle à ces éléments.


L’assurance vie est le placement préféré des français, et pour cause, la souplesse financière en termes de fiscalité reste très attrayante. Aussi, elle permet une évolution du patrimoine supérieure à l’évolution des prix.


Cet outil qui donne la possibilité d’épargner et de consommer l’épargne à tout moment est un bon moyen pour préparer la retraite. La retraite étant l’une des préoccupations majeures des français.


Notez toutefois que l’assurance vie n’est pas un placement liquide. En effet, lorsque vous décidez de retirer tout ou une partie de l’épargne effectuée avant les huit ans de durée de contrat, la plus-value ou les intérêts générés sur cette période peuvent être fortement taxés. Cette taxation est de 46% au cours des quatre premières années et de 26% au cours des quatre années suivantes. Réfléchissez donc bien avant car vous risquez de perdre beaucoup d’argent en intérêts si votre épargne atteint des sommes importantes.


En souscrivant à une assurance vie, deux types de contrats vous sont proposés selon vos préférences et vos objectifs.


Il s’agit tout d’abord du contrat en euros dans le cadre duquel votre épargne est essentiellement investie en obligations françaises. Ce contrat bénéficie de « l’effet cliquet » qui permet d’entériner les performances enregistrées même en cas de chute des marchés.


Le deuxième type de contrat, lui est multisupport car ne se constituant pas uniquement d’obligations françaises mais de différents compartiments investis en actions, en SICAV ou en SCPI.


Le dernier type de contrat est nommé « DSK » en référence à Dominique Strauss-Kahn qui est à l’origine de ce projet. Ce contrat se compose de 30% d’actions françaises dont 100% de titres et est entièrement exonéré d’impôts. Il est destiné aux personnes prêtes à prendre des risques pour un dynamisme élevé. Le nom du contrat a ensuite été modifié pour devenir contrat « NSK » puisque sa réforme a eu lieu alors que Nicolas Sarkozy était ministre des finances.


? Pour en savoir plus : VosDroits.service-public.fr


• Badr Lebnioury, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *