Choisir son contraceptif

Selon son âge, sa vie amoureuse et aussi ses convictions, le contraceptif utilisé est différent d’une personne à l’autre.
Pilule, implant, préservatif, stérilet … le choix est vaste et il faut s’y retrouver.


La pilule


C’est un mode de contraception très répandu mais certaines femmes réagissent mal à la pilule et d’autres ne souhaitent tout simplement pas prendre d’hormones. La pilule peut servir à réguler les règles trop abondantes ou irrégulières. Il existe des pilules à prendre en continu et d’autres qu’il faut arrêter pendant une semaine (période des règles). Certaines pilules sont à prendre à heure fixe et d’autres tolèrent une «marge d’erreur » de quelques heures. C’est un contraceptif fiable à 99%… à condition d’être sérieux.


L’implant progestatif


Idéal pour les têtes en l’air, il s’agit d’une petite barrette contenant des hormones et qui se glisse sous la peau. Ils peuvent rester 3 à 5 ans utilisables sous la peau selon les modèles. Toute femme n’ayant pas de contre indications et en âge de procréer peut l’utiliser.
Il s’agit d’une contraception réversible et les femmes allaitant peuvent le porter sans aucunes conséquences sur le lait maternel.


Le préservatif ou le diaphragme


C’est la seule contraception qui protège aussi des MST (maladies sexuellement transmissibles). Il est donc possible de l’utiliser comme contraceptif occasionnel mais également en complément d’une autre contraception dans le cas d’un rapport avec quelqu’un que l’on ne connait pas assez. Il existe des préservatifs féminins ou masculins. Ces types de contraception possèdent des tailles différentes. Il faut donc bien choisir selon sa morphologie pour que la protection soit maximale.
Certaines personnes sont allergiques au latex, qui est alors la cause de démangeaisons. Il existe des préservatifs hypoallérginisés ou dans une autre matière que le latex.


Le stérilet


Aujourd’hui le stérilet convient à toutes les femmes, même aux jeunes filles qui n’ont pas encore eu d’enfants.
Il en existe deux sortes : le stérilet intra utérin en cuivre et le dispositif au lénovorgestrel.
Le stérilet intra utérin empêche les spermatozoïdes d’atteindre les trompes de Fallope : Cette contraception convient à celles qui ont des contre indications médicales et qui ne peuvent ou ne veulent pas utiliser d’hormones.


Le deuxième type de stérilet libère des hormones pendant une durée maximum de 5 ans. Ce contraceptif combine l’efficacité d’un stérilet en cuivre et d’une contraception progestative, cependant les spécialistes ne le recommandent pas à cause de la moins bonne tolérance des femmes et de son coût plus élevé. Il est parfois utilisé quand les règles sont trop abondantes.


Il faut savoir que le stérilet en règle générale augmente souvent la durée et l’abondance des règles.


Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *