Généalogie : comment faire son arbre ?

Que ce soit pour découvrir ses ancêtres et son histoire familiale ou pour connaître l’origine de son nom de famille, de nombreuses personnes souhaitent réaliser leur arbre généalogique. Mais comment entamer ce travail minutieux ?

 
 

genealogie-image-du-domaine-public
Chacun peut réaliser son arbre généalogique. Image du domaine public.

 

Qui n’a jamais souhaité savoir d’où il venait ou si des personnages célèbres avaient marqué son arbre généalogique ? Si le travail est minutieux, chacun peut désormais accéder aux outils nécessaires à la réalisation de cette exploration vers le passé. La recherche s’effectue donc en remontant dans le temps. Selon Catherine Dhérent, Conservateur général à la Direction des archives de France entre 1996 et 2003, il est préférable d’établir une branche à la fois : généralement on privilégie la branche paternelle. Pour vos premières pistes, interrogez vos parents, grands-parents ou toute personne pouvant vous renseigner. À chaque information supplémentaire, précisez le nom de votre interlocuteur. L’objectif est de déterminer le lieu de votre recherche puisque la recherche généalogique s’effectue par commune et non par patronyme : il n’y a aucun fichier national d’individus. Une fois la commune trouvée, vous pourrez consulter les tables décennales de l’état civil de celle-ci. Ces listes quasi alphabétiques sont disponibles aux Archives du département dans lequel se trouve la commune. Les tables décennales sont divisées en trois parties : naissances, mariages, décès. Ce travail de fourmis vous permettra alors de remonter jusqu’en 1792, date d’établissement de l’état civil. Il faudra ensuite vous tourner vers des registres paroissiaux, tenus depuis le XIVe siècle par les curés des paroisses. Disponibles pour la plupart aux Archives départementales ou aux Archives communales, ils comportent des actes de baptêmes, mariages et sépultures. Il faut savoir qu’en 1736, une ordonnance royale avait imposé aux curés de faire deux exemplaires des registres paroissiaux. Cela signifie qu’entre 1792 et 1737, la recherche est plus longue mais généralement fructueuse. Elle devient cependant beaucoup plus aléatoire au-delà de 1737. Mais il vous reste un long chemin à parcourir avant d’atteindre cette date !

 

Pour mener à bien vos recherches, vous pourrez vous tourner vers des sites consacrés à la généalogie comme Geneanet ou Guide-généalogie. Les associations d’entraide généalogique locales pourront également vous apporter un soutien, l’accès à des données utiles et des conseils. Avec un peu de chance, vous pourrez même rencontrer des cousins ayant des ancêtres communs avec vous parfois à la 10ème génération.

 

Bon à savoir :

 

Depuis 2003, la plupart des Archives départementales sont également en ligne gratuitement.

 

Vous pouvez également vous renseigner sur la fortune foncière de vos ancêtres grâce au cadastre.

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *