A la plage ou en ville, celle qu’on veut c’est l’espadrille !

Célèbre de la Catalogne jusqu’au Pays Basque français, l’espadrille se portait au quotidien, avant de devenir récemment la chaussure fétiche de tous les estivants. Photo : Eusebio Perdiguero (Junjan)

Cet été, elle se porte sur tous les pieds, hommes et femmes, petits et grands. Décalée, colorée, compensée ou à lacets, l’espadrille sent les vacances, la plage et le soleil et a déjà conquis les plus citadins d’entre nous.


Originaire d’Espagne, elle a longtemps été la chaussure privilégiée des paysans dès le XVe siècle, avant de devenir la chaussure officielle des troupes catalanes au début du XXe siècle. Célèbre de la Catalogne jusqu’au Pays Basque français, l’espadrille se portait au quotidien, avant de devenir récemment la chaussure fétiche de tous les estivants. Depuis, la petite chaussure en toile s’est exposée sur les pieds des plus célèbres, ceux de Salvador Dali ou de Picasso. Adaptée par les plus grands couturiers, l’espadrille est désormais un véritable accessoire de mode, accessible à toutes les bourses.


Légère comme une paire de tongs, mais aussi confortable que des chaussons, l’espadrille est facile à porter, s’emporte partout et a l’avantage de s’adapter à tous les styles. Du modèle simple au plus branché, l’espadrille s’allie aussi bien avec une petite jupe fleurie, qu’un bermuda en lin. On la trouve à motifs, rayées, avec des rubans, des pois, des fleurs ou encore des têtes de souris ! L’espadrille se décompose à l’infini, et peut même se personnaliser.


Composée pour l’essentiel de matériaux naturels tel que la jute, pour la fabrication des semelles tressées, ou encore le coton, pour la toile, l’espadrille est la chaussure représentant un univers simple, pratique et détendu. Même si les grandes chaînes se sont emparées de la tendance, la fabrication de l’espadrille traditionnelle reste un secret d’artisans. Le village de Mauleon dans le Pays Basque, plus connu pour être la « capitale de l’espadrille », est un des derniers bastions pour sa fabrication, les puristes n’hésitant pas à débourser quelques euros de plus pour avoir une signature authentique.


Si l’espadrille allie mode et confort, évitez toutefois de prévoir de longues marches ou de vous tremper les pieds avec. La toile ni la semelle ne supportent l’eau. L’espadrille n’assure pas non plus un maintien de la cheville optimal, il est donc préférable de la porter pour des activités légères. Considérez-la plutôt comme une alternative plus élégante et passe-partout que vos habituelles tongs et portez-les comme une seconde peau. Pour l’entretien, il suffit de les tamponner avec une éponge humide et un peu de savon, et vous retrouverez des espadrilles neuves en un rien de temps ! Alors, à vos pieds et bon été en espadrilles !


• Élise Lambert, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *