Fibre de coco : votre déco a la fibre écolo

15/12/2011

Les industries alimentaire et cosmétique exploitent déjà largement les vertus de la noix de coco. Au tour maintenant des bricoleurs et décorateurs, de se pencher sur les qualités d’un matériau totalement écolo. Originaux, résistants et renouvelables, les revêtements à base de noix de coco s’inscrivent surtout dans une démarche de développement durable.


Opter pour une déco en noix de coco, c’est aussi contribuer à la revalorisation de déchets, et s’engager dans une démarche équitable.

Originaire de Malaisie et poussant aujourd’hui dans la plupart des pays tropicaux, le fruit du cocotier est pourvu d’une coque coriace recouverte d’une couche de fibres brunes appelée « bourre ». Pour leur résistance notable, la fibre et la coque de noix de coco servent au tapissement des sols et murs, sous la forme de laine souple ou de panneaux semi-rigides. Cet isolant phonique et thermique presque aussi efficient que la laine de roche, devient  aussi très tendance.


Et pour cause, son rendu brut naturel instille dans la maison, un brin d’originalité exotique. Offrant en prime une légèreté et une adaptabilité qui permettent toutes les manipulations sur des surfaces variées. Déclinés dans différentes textures, les panneaux faciles à poser, répondent à toutes les exigences esthétiques, qu’elles soient classiques ou modernes.


Opter pour une déco en noix de coco, c’est aussi contribuer à la revalorisation de déchets, et s’engager dans une démarche équitable. Même s’il s’agit d’un produit d’importation employant une énergie grise importante, les entreprises qui misent sur la noix de coco, sont engagées malgré tout dans la mise en valeur d’un produit écologique et solide, amené à durer dans le temps. Elles garantissent de plus, des procédés de fabrication au plus respectueux pour l’homme et son environnement. De fait, le commerce éthique est souvent au cœur de cette dynamique n’impliquant aucune déforestation.


Naturellement imputrescible, la fibre de noix de coco résiste aux moisissures, à l’humidité et aux insectes, et ne nécessite à la production, pas d’autre produit chimique que le sel de bore pour un traitement ignifuge. Le matériau ainsi produit sera sain et recyclable (compost, toilettes sèches etc.). Idem quant aux caractéristiques des panneaux de coques, mais il incombe aux consommateurs de vérifier que ni la colle ni le vernis de finition ne contiennent de COV (composés organiques volatils), afin d’encourager une production 100% naturelle. Ces atouts ont un prix : en moyenne, 20 à 30 € /m² pour la fibre isolante et 210 €/ m² pour un panneau décoratif.


On compte dans les conquérants de la noix de coco, l’entreprise brésilienne Ekobe ou le Français Planet Coconut. Mais il est à parier que ces prochaines années verront se développer la commercialisation de ce matériau renouvelable, dont la demande se fait croissante.



• Hélène, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *