Quelle alternative au sac plastique ?

Chaque année 15 milliards de sacs plastiques sont fabriqués en France tandis que 120 millions gisent sur le littoral.

Souvent distribués gratuitement chez les commerçants, ils envahissent petit à petit notre littoral et polluent notre environnement. Chaque année 15 milliards de sacs plastiques sont fabriqués en France tandis que 120 millions gisent sur le littoral. Outre une pollution visuelle certaine, l’impact sur l’environnement est loin d’être négligeable : rejets de polluants chimiques lors de l’incinération, émission de gaz à effet de serre, contribution au réchauffement climatique, pollution marine, étouffement d’animaux (tortues, dauphins et oiseaux)… Une loi votée le 11 octobre 2005 qui vise à interdire la commercialisation et la distribution de sacs ou emballages en plastique non biodégradables en France a été mise en application le 1er janvier 2010. Apparu dans les années 70, le sac plastique fait littéralement partie de notre quotidien. Il est le symbole de nos habitudes de consommation. Voyons quelles solutions existent pour en réduire notre consommation.



Composition et fabrication

Les sacs plastiques communs sont en PEHD, c’est à dire polyéthylène Haute Densité. C’est un matériau constitué de divers dérivés du pétrole. C’est aussi une matière première non renouvelable. Et leur fabrication nécessite l’utilisation de beaucoup d’eau.
Ils sont fabriqués par « extrusion gonflage ». A l’aide d’un tube, gonflé ou étiré, on obtient une gaine de film qui sera, plus tard, soudée ou découpée.



Des conséquences désastreuses sur l’environnement

Ils sont la cause d’une pollution visuelle. Effectivement on les retrouve aux bords des routes, sur les terrains vagues, sur les plages, en bord de mer.
D’autre part, soit ils finissent en décharge soit ils se dégradent très lentement dans la nature.
– en décharge : ils sont incinérés et il faut savoir que l’incinération produit du dioxyde de carbone qui n’est autre qu’un gaz à effet de serre. La combustion provoque l’acidification de l’atmosphère.
– dans la nature : il s’agit d’un danger pour les animaux marins qui risquent à tout moment d’en ingérer. Mais encore, ils mettent plus de 400 ans à se décomposer. Ironie du sort, leur durée d’utilisation est de l’ordre de 20 minutes.



Les alternatives

? Sacs réutilisables

Il en existe différents types adaptés aux besoins de chacun, petits et pratiques ils peuvent aussi être grands et solides pour des courses plus importantes. Les cabas en tissu peuvent être choisi pour leur esthétique, et en plus ils sont très résistants. Ils doivent être solides pour servir un grand nombre de fois (au moins 4). On en trouve de deux sortes :
– des sacs en polypropylène tissé. Ils sont majoritairement fabriqués en Asie mais sont très solides (ils peuvent servir plusieurs années) mais demeurent difficilement recyclables.
– des sacs en polyéthylène souples. Ils sont beaucoup plus facilement recyclables.


? Sacs biodégradables

Leur décomposition est parfois partielle et se fait en moyenne en deux ans. Depuis 2006, on trouve des sacs 100% biodégradables à prix raisonnable. Ceux-ci sont à base d’amidon de maïs. Ainsi vous connaitrez peut être les marques de sacs OK Compost et OK Biodégradables.


? Sacs en papier

Contrairement à ce que l’on peut imaginer, ils ont un impact sur l’environnement. Lors de la fabrication, ils émettent des gaz à effet de serre. Leur production nécessite l’utilisation de plus d’eau et d’énergie que celle d’un sac basique. De plus, la mise en décharge est source d’émission de méthane. Il faut bien le dire, ce n’est donc pas la meilleure des alternatives.


? Sacs biofragmentables

Ils sont à proscrire. En effet, ils libèrent des particules invisibles de plastique. Les déchets sont dispersés mais toujours présents dans l’environnement.


? Sacs en plastique végétal

Le site Sacs écologiques vous propose tout un tas de sacs personnalisables en matières écologiques (coton, fécule de pomme de terre, amidon de maïs ou en jute naturelle).

Vous pouvez tout aussi bien utiliser des cagettes pliantes en plastique, des cartons usagés, votre sac à dos, votre panier en osier…

Les sacs verts Simply Market sont réalisés en vrai plastique recyclé. Le traitement des déchets plastiques est réalisé en solutions aqueuses en circuit fermé. C’est une revalorisation du sac plastique en remplacement de l’enfouissage ou de l’utilisation comme carburant dans les incinérateurs.



Les bons réflexes!

– Réutiliser plusieurs fois vos sacs biodégradables.
– Ne pas s’en servir en tant que sacs poubelles.
– Ne les jetez dans la nature.
– Refusez les emballages inutiles et non recyclables.
– Jetez-les seulement lorsqu’ils sont hors d’usage et ce dans un endroit approprié.
– Un sac plastique peut être lavé.
– Ils peuvent également servir à protéger certains objets de la poussière.


Les sacs plastiques constituent une pollution permanente et dégradante. Mais le recyclage des sacs plastiques est aujourd’hui relativement marginal par rapport à la quantité de sacs fournis. En terme de rentabilité le bilan est mitigé, en effet le recyclage des sacs en plastique n’est pas valable économiquement. Et pour cause, la consommation des ressources nécessaires pour le recyclage dépasse clairement ce qui peut être récupéré. Pour exemple, les camions qui transportent tous ces sacs plastiques usagés consomment une importante quantité d’énergie. Et les fumées produites par la combustion de ces sacs restent toxiques pour l’environnement. C’est à nous d’agir et n’oubliez pas que chaque geste compte!


• Emmanuelle Grimmaud, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *