Vélotaxi : ne perdez pas les pédales en ville !

« A vélo dans Paris, on dépasse les taxis »

Vous avez certainement du croiser un jour dans votre ville un engin ovoïdal sur 3 roues arpentant les rues. N’ayez crainte, c’était juste un vélo-taxi, un mode de déplacement pratique et 100% écolo.


Il cumule les qualités: silencieux, propres, ludiques, accessible à tous, créateur d’emplois… Une bouffée d’air pour les agglomérations.

Inspiré du rickshaw asiatique, et après un franc succès en Allemagne, le vélo-taxi ou le pousse-pousse, comme certains aiment à l’appeler, s’est implanté à Lyon en 2003 et à Paris en 2007. Au niveau mondial, plusieurs métropoles ont déjà adopté le vélo-taxi comme à Prague où il a été baptisé Velotrixi, Trixi à Barcelone et Madrid, Bicy Taxi à New York ou encore à Vancouver au Canada avec Party Cab.

Encore rare en France, il commence à faire des émules dans les plus grands centres urbains de l’hexagone notamment avec le lancement de plusieurs entreprises comme Cyclobulle, Urban-cab ou encore Cyclopolitain.




Pour les petites distances, le vélo-taxi est le moyen idéal pour se déplacer en ville car il reste exclusivement urbain. Considéré comme un cycle par le code de la route, il peut rouler sur la chaussée mais aussi sur les pistes cyclables et peut même s’aventurer sur les rues piétonnes.

Conduit par un chauffeur à la force de ses mollets, il vous transporte d’un point à un autre au prix d’un ticket de bus. Comptez environ 1,50 euros pour la prise en charge et 1 euro par personne et par kilomètre parcouru.

Ce moyen de transport reste un peu lent (15km/h en moyenne ) mais peut s’avérer plus pratique qu’une voiture dans les embouteillages. Rappelons quand même que sa vitesse moyenne est supérieure à celle d’un bus évaluée à environ 9km/h.

Comme pour un taxi, les entreprises offrent la possibilité aux usagers de commander leur vélo-taxi moyennant un petit supplément de 2 euros. Les passagers peuvent aussi demander au cycliste-conducteur un temps d’attente entre deux courses car il est non seulement utile pour se balader mais aussi pour transporter de la marchandise.





Très robuste, il est construit à partir de matériaux recyclables et convient à la fois aux consommateurs et aux entreprises soucieux d’environnement et de développement durable.

Vous avez des scrupules à faire pédaler quelqu’un pour vous? Ou vous hésitez à monter à plusieurs dans cet engin? (Certains vélo-taxi peuvent accueillir jusqu’à 3 personnes sur la banquette) Ne vous inquiétez pas: ils sont équipés de moteurs électriques pour soulager les efforts du conducteur. Pas de panique non plus pour la pluie et le soleil, ils sont munis d’un toit arrondi.

Inventé au XIXe siècle par un missionnaire américain pour transporter sa femme invalide, c’est en Thaïlande, en Chine et en Indonésie que ce mode de transport est le plus populaire.

Aujourd’hui, ce sont plutôt les touristes qui y ont le plus recours. C’est un moyen tout à fait abordable et convivial de visiter une ville. Pensez-y !


• Badr Lebnioury, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *