Les abeilles : indispensables à l’écosystème

« Si l’abeille disparait de la planète, l’homme n’aura plus que 4 années à vivre » : cette théorie d’Albert Einstein prévenait déjà de l’utilité des abeilles et du risque de leur disparition.


L’Homme menace les abeilles


L’utilisation massive de produits chimiques est un danger pour les abeilles qui se retrouvent à leur contact chaque fois qu’elles pollinisent une fleur ! Les scientifiques ont décelé que les abeilles montraient des troubles du système nerveux, des signes de désorientation, des troubles du comportement… Leur santé est fragile.


Certains produits chimiques comme le Régent et le Gaucho sur maïs, dénoncés par les apiculteurs ont été suspendus car ils étaient beaucoup trop nocifs pour les abeilles. Cependant les dangers ne sont pas écartés pour autant mais il est difficile de cibler les produits nocifs. On assiste aujourd’hui à des intoxications, des cas de sur-mortalité hivernale (les ruches perdent beaucoup plus d’abeilles que la normale), à des dépeuplements de colonies…


Une espèce indispensable pour l’écosystème


Si l’homme est une menace pour les abeilles, celles-ci lui sont pourtant indispensables ! Un tiers de notre nourriture dépend directement de l’abeille, qui est le pollinisateur le plus important de la planète. Les abeilles sont une espèce indispensable car elle pollinisent des fleurs et des plantes. Si elles disparaissaient ces plantes disparaitraient elles aussi et donc les animaux qui s’en nourrissaient aussi…


La disparition de l’abeille entrainerait alors la disparition de centaines d’espèces animales !


Protéger les abeilles à notre niveau


– Plantez des fleurs ! L’urbanisation et la monoculture ont appauvri les ressources en fleurs, en planter permet de préserver la biodiversité.
– N’utilisez que très peu ou pas de pesticides. Si l’utilisation de pesticide est nécessaire, l’utiliser après le coucher du soleil pour protéger les abeilles butineuses.


Au printemps 2010, des plantes mellifères avaient été semées au bord de routes en France par le gouvernement pour venir en aide aux abeilles. Cette expérience devrait se renouveler au printemps 2011. Ils ont également pris la décision d’appliquer le « fauchage tardif », mesure qui consiste à ne faucher qu’une fois, et tardivement, dans la saison : des mesures encourageantes pour la biodiversité !


Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *