Histoire du bronzage en France

La mode ne passe pas seulement pas des coiffures ou des vêtements mais aussi par la couleur de peau elle-même !


Au 19ème siècle, les aristocrates se devaient de conserver une peau blanche pour se différencier des paysans qui brunissaient à force de travailler dans les champs.
La mode de la peau bronzée est assez récente en France. En Occident, la mode du bronzage viendrait du succès de la chanteuse métisse Joséphine Baker ainsi que de Coco Chanel qui prit accidentellement un coup de soleil sur la Côte d’Azur : toutes les femmes enviaient la couleur de leur peau et voulurent les imiter !


L’apparition des congés payés facilita l’accès aux vacances et au même, en 1888, le docteur Paul Pouzet affirme que l’exposition au soleil peut aider à lutter contre la tuberculose. D’autre part, la révolution industrielle a modifié l’organisation de la société et le peuple se retrouve à travailler en usine et donc non exposé à la lumière du soleil. L’aristocratie voit alors le teint halé comme un symbole de sensualité et de beauté et non plus comme celui de la pauvreté et du labeur.


Aujourd’hui tous les moyens sont bons pour obtenir une peau halée : l’exposition au soleil, cures de carotène, douches bronzantes, séances d’UV, autobronzant… Seul problème, il a été prouvé que les UV étaient cancérigènes et favorisaient l’apparition de mélanomes. Cela ne rebute pas la plupart des Français qui continuent de fréquenter les cabines à UV. C’est un phénomène de mode et les Français l’ont dans la peau !


Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *