Décrypter le gaz de schiste

Entre les partisans et les opposants du gaz de schiste, la guerre fait rage depuis de nombreuses années. Mais qu’est-ce que le gaz de schiste ? Quels sont ses impacts sur la nature et l’économie ? Sereni décrypte la situation de cette énergie fossile.

 
 

Schéma d'une installation d'extraction du gaz de schiste et des différents impacts environnementaux potentiels.

Schéma d’une installation d’extraction du gaz de schiste et des différents impacts environnementaux potentiels.

Gaz naturel retenu dans la profondeur de certains schistes des bassins sédimentaires, le gaz de schiste est emprisonné dans la roche elle-même. Contrairement aux gisements de gaz ou de pétrole, il n’est donc pas retenu sous une couche imperméable. Il faut donc fracturer la roche pour l’extraire. C’est cette extraction réalisée par injection d’eau sous pression mélangée à quelques additifs qui pose problème pour les défenseurs de l’environnement. En effet, en plus d’être coûteuse, l’exploitation du gaz de schiste est dangereuse pour le sous-sol, les nappes phréatiques et la surface de la planète. Selon une estimation de l’Institut français du pétrole, un forage nécessite une quantité conséquente allant de 10 000 à 15 000 m3 d’eau. De plus, les effets à long terme des additifs contenus dans le liquide de fracturation ne sont toujours pas connus et pourraient s’avérer catastrophique pour l’environnement. Si les partisans du gaz de schiste mettent en avant les chiffres donnés par l’Agence internationale de l’énergie, soit 382 500 milliards de m3 que l’on peut traduire par 150 ans de production, les opposants ajoutent qu’il s’agit d’une énergie non renouvelable et donc limitée dans le temps.

 
 

Tafta et secrets d’Etat

 

La répartition mondiale du gaz de schiste.

La répartition mondiale du gaz de schiste.

Le gaz de schiste fait aussi débat concernant le traité de libre-échange transatlantique (TAFTA) également appelé Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (Transatlantic Trade and Investment Partnership, TTIP). Pour rappel, le TAFTA est un projet de traité commercial entre l’Union européenne et les États-Unis autorisé par les États-membres en 2013. Il vise à instaurer un marché de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis, allant au-delà des accords de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). S’il concerne des domaines aussi variés que les services publics, l’énergie, l’agriculture, l’enseignement, l’accès aux médicaments, à l’éducation ou à la culture, le TAFTA fait notamment débat sur son opacité. Négocié à huis clos, le traité inquiète les opposants du gaz de schiste qui voient déjà des projets de forage jaillir partout en Europe.

 
 

Des risques de séismes

 
Enfin, pour les opposants du gaz de schiste, la technique de la fracturation hydraulique est un risque important capable de provoquer des séismes. En août 2014, un séisme de magnitude 4,4 dans l’Ouest canadien a confirmé cette hypothèse. Provoqué par une fracturation hydraulique, ce tremblement est devenu l’un des plus importants séismes liés à cette technique d’extraction selon la commission de réglementation de l’industrie pétrolière et gazière de la région nord-est de la Colombie-Britannique. Quelques jours auparavant, un autre séisme de magnitude 3,9, selon l’organisme officiel Séismes Canada, avait lui aussi été causé par la fracturation hydraulique.

 
 
Sarah Belnez pour Sereni Magazine.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *