Découvrez Proxima b, l’exoplanète la plus proche de la Terre

Le 24 août 2016, l’Observatoire européen austral a annoncé la découverte d’une planète gravitant autour de Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche de notre soleil. Explorez cette exoplanète : Proxima b.

 
 

proxima-b-image-du-domaine-public

Proxima b, l’exoplanète la plus proche de la Terre. Image du domaine public.

 
L’Observatoire de Paris définit une exoplanète, ou planète extrasolaire, comme « une planète en orbite autour d’une autre étoile que le Soleil. Jusqu’à présent, on connaît surtout des planètes de type géante gazeuse, qui sont plus faciles à détecter que les planètes de type tellurique. Malgré tout, les méthodes de détection devenant de plus en plus sensibles, on commence aussi à observer des exoplanètes d’une taille comparable à la Terre ».

 
 

Proxima b, l’exoplanète la plus proche de la Terre

 

En août 2016, les astrophysiciens de l’Observatoire européen austral (ESO) ont annoncé la découverte d’une exoplanète autour de Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche de notre soleil (4,24 années-lumière). Les scientifiques sont parvenus à cette conclusion en analysant et en complétant d’anciennes observations. Baptisée Proxima b, cette exoplanète soulève de nombreuses questions. Suite à cette découverte marquante, une équipe internationale s’est formée sous la direction de chercheurs du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (CNRS/Aix-Marseille Université). Selon le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’équipe a mené une étude permettant de « déterminer ses dimensions et les propriétés de sa surface, qui favoriseraient effectivement son habitabilité ».

 
 
Planète océan ?

 

Si rien ne pouvait confirmer l’existence d’eau sur Proxima b à l’annonce de sa découverte, l’équipe internationale ayant menée l’étude (prochainement publiée dans la revue scientifique The Astrophysical Journal Letters) envisage que l’exoplanète soit de type « planète océan ». Les chercheurs affirment également que Proxima b possède une masse proche de celle de la Terre (1,3 fois cette dernière) et orbite autour de son étoile à une distance de 0,05 unités astronomiques (soit un dixième de la distance Soleil-Mercure, Mercure étant la planète la plus proche de notre étoile).

 
 

Plusieurs scénarios possibles

 

Afin de mieux connaître sa composition et de savoir à quoi elle ressemble, l’équipe internationale a effectué plusieurs simulations pour découvrir le rayon de Proxima b. Évaluant son rayon minimum à 5 990 km, les chercheurs estiment que la seule manière d’obtenir cette valeur est d’avoir une planète très dense. Elle serait alors composée aux deux tiers d’un noyau métallique recouvert d’un manteau rocheux. Mais cette composition très proche de la planète Mercure n’exclut pas la présence d’eau à la surface. Dans le scénario opposé, Proxima b présente un rayon maximal de 8 920 km (à condition qu’elle soit composée à 50% de roches entourées de 50% d’eau) et est recouverte d’un unique océan liquide de 200 km de profondeur. Selon les travaux de l’équipe, une fine atmosphère gazeuse pourrait englober l’exoplanète dans ces deux cas de figure extrêmes, rendant Proxima b potentiellement habitable.

 

Selon le CNRS, de prochaines observations permettront de préciser cette étude sur Proxima b.

 
 
Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *