Corée du Sud : le Nakdong, un fleuve en danger

Le projet d’aménagement du Nakdong, le fleuve Nakdong, plus long fleuve de la Corée fait l’objet de vives controverses entre politiques et écologistes.


Selon les responsables politiques il s’agit d’un projet destiné à prévenir les catastrophes naturelles, améliorer la qualité de l’eau et réduire les risques de pénurie de celle-ci. Les écologistes dénoncent de leur côté des dégâts naturels importants. De nombreux sit-in, grèves de la faim et procès contre l’État sont organisés pour tenter d’arrêter ce projet. Un moine s’est même immolé en mai 2010 pour faire entendre la voix des protecteurs du fleuve.


Les responsables politiques coréens mettent en avant le fait que le fleuve n’était pas ou peu exploité par les hommes auparavant. Ils souhaitent le mettre en valeur en installant, par exemple, des infrastructures touristiques.


Le gouvernement coréen met en avant le côté écologique de son projet mais les chiffres paraissent dérisoires : le fleuve mesure 450 km et le côté « vert » se résume à la création d’un cours d’eau écologique de 6,7km de long et à l’aménagement d’un parc au bord du fleuve. En revanche les bénéfices économiques sont importants : prévision d’une augmentation de la production de 23 000 milliards de wons (environ 12,4 milliards d’euros) et création de 190 000 emplois. Le but de l’opération est-il vraiment de protéger le fleuve ?


Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *