D’où vient Halloween?

On croit souvent à tort, qu’ Halloween vient tout droit des États-Unis mais il n’en est rien ! Si cette fête est récemment venue des USA elle n’en est pas moins européenne à son origine. Revenons sur l’histoire de cette fête voyageuse…

Des origines celtiques


Chez les Celtes (ancêtres des Irlandais, des Gallois et des Écossais) cette fête annonçait le début de l’année celtique. Selon eux, les fantômes des morts se mêlaient aux vivants ce jour là : les habitants laissaient de la nourriture aux portes des villages pour qu’ils restent à l’extérieur.


On rendait hommage au dieu du soleil mourant, Balar, ainsi qu’à la triple déesse Bélisama. Cette cérémonie était destiné à éviter que les morts ne reviennent posséder les vivants. Les villageois éteignaient le feu dans l’âtre de leur maison, espérant que les esprits ne trouvent pas la demeure accueillante. Enfin, avant de se réunir devant le feu sacré, un brasier que l’on allumait normalement sur une colline, les villageois se masquaient le visage. La tradition disait que les démons ne pouvaient pas posséder quelqu’un sans avoir vu son visage.? Halloween était également l’occasion de se débarrasser de ses faiblesses. On tuait tout les animaux qui étaient trop faibles pour passer l’hiver et les villageois écrivaient leurs propres défauts sur un morceau de papier, avant de le jeter dans le feu sacré. ?Le feu était sensé donner de l’énergie au soleil et c’était à partir de ce brasier, qu’au petit matin, les villageois rallumaient leurs cheminées. Certains historiens racontent que les Celtes brûlaient les personnes qu’ils croyaient déjà possédées par le mal.


La Toussaint



Au premier siècle, les romains emprunteront cette coutume celtique, mais remplaceront les humains sacrifiés par de simples effigies. Au 4ème siècle, les catholiques tentent d’éliminer cette coutume païenne, mais les Celtes la maintiennent fermement. L’Église accordera finalement le droit de conserver les célébrations, mais convaincront les Celtes que les rituels du feu ne leur permettent pas de se protéger contre la possession démoniaque, et les dirigeront vers la prière. ?Au 9ème siècle, la Toussaint, qui se fêtait auparavant au mois de mai, sera reportée au 1er novembre, afin que la traditionnelle fête païenne coïncide avec une fête catholique.


Des bonbons avant tout !


La récolte des bonbons tire son origine d’une coutume européenne datant du 9ème siècle. Le Jour des Morts, le 1er novembre, des mendiants allaient de maison en maison afin de quémander des gâteaux faits de pain rassis et de raisins secs. S’ils recevaient beaucoup de gâteaux, ils promettaient de prier pour les âmes des défunts apparentés au bienfaiteur.


Au fil des ans, cette tradition s’est transformée en une fête pour les enfants qui se déguisent et sonnent aux portes pour avoir des bonbons.


Dans les années 1930, la tradition du « Trick or treat » y apparut : il s’agit pour les enfants de sonner aux portes et de poser la question « Un mauvais tour ou des bonbons ? ». Si les habitants n’ont pas de bonbons à offrir, les enfants mettent toute leur imagination en marche pour trouver une mauvaise blague à faire…


Halloween est souvent accusé de n’être qu’une fête commerciale mais elle amuse toujours les enfants et les plus grands pour lesquels de nombreuses soirées déguisées sont organisées !


• Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *