Flipper arrête de flipper…

Les dauphins, généralement perçus comme des êtres uniquement remplis d’amour, peuvent s’avérer être très cruels. En vérité, tout comme les êtres humains, les dauphins sont très nuancés et peuvent avoir des comportements aussi altruistes que néfastes. Bien des témoignages et des études ont montré que les dauphins ont des liens familiaux et amicaux très forts et qu’ils viennent souvent en aides à des êtres en difficulté, qu’ils soient de leur espèce ou non. Cependant, d’autres comportements beaucoup moins glorieux ont également été notés.

 
 

En 2007, le Département britannique pour l’environnement, la nourriture et les affaires rurales (DEFRA), a rendu un rapport prouvant que plusieurs cétacés, dont des marsouins, ont été harcelés et tués par des Grands dauphins Tursiops truncatus près des côtes écossaises. Les victimes n’ont pas été tuées pour être mangées ou pour une question de territoire. Selon le spécialiste Nick Tregenza, les Grands dauphins auraient pu faire ça « pour s’amuser ». Les zoologues de Shark Bay en Australie ont également étudié une communauté de grands dauphins sur une longue période. Ceux-ci ont alors observé plusieurs cas d’infanticides dont le but est de rendre les femelles disponibles pour un accouplement.
 
 
Il faut dire que la sexualité occupe une place très importante dans la vie des dauphins. Comme chez l’être humain et contrairement à la majorité des animaux, les dauphins ont une sexualité détachée de l’idée de reproduction. Et tous les moyens sont bons pour obtenir du plaisir. Alors que certains se contentent de la masturbation et de rapports sexuels consentis, d’autres n’hésitent pas à violer leurs congénères pour obtenir satisfaction. Pour cela, une pratique très courante consiste à utiliser les liens créés avec d’autres dauphins mâles pour kidnapper des femelles appartenant à d’autres groupes. Une fois en supériorité numérique, les dauphins poussent la femelle à les suivre puis la violent à tour de rôle durant plusieurs jours voire plusieurs semaines. Mais les dauphins ne s’attaquent pas uniquement aux membres de leur espèce. Michael Maes, photographe et vidéaste travaillant dans les îles Caïmans, rappelle les dangers de se trouver face à un dauphin excité. Car contre 225 kilos de muscles, l’être humain ne peut rien faire. Une situation très risquée pour les plongeurs qui peuvent être entraînés vers le fond par le dauphin ou être violemment projetés à la surface, sans pouvoir respecter les paliers de décompression.

 
 

Récemment, on a découvert un autre loisir apprécié des dauphins, la prise de drogue. Dans un documentaire destiné à la BBC, on peut voir des cétacés happer des poissons-globes puis les maintenir un instant dans leur bec jusqu’à ce que le poisson libère son arme de défense, de la tétrodotoxine, une neurotoxine des centaines de fois plus puissante que le cyanure. Comme pour faire tourner un joint, les dauphins se le passe ensuite entre eux, jusqu’à atteindre une sensation de légèreté.

 
 

 

Un extrait du documentaire de la BBC où l’on voit des dauphins expérimenter les effets de la drogue libérée par un poisson-globe.

 
 
Sarah Belnez pour Sereni Magazine.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *