Le yoga compatible avec la foi chrétienne ?

Il y a un intérêt grandissant pour le yoga à travers le monde, ainsi de nombreux chrétiens sont adeptes de cette discipline.


Le yoga est avant toute chose un moyen de détente et de relâchement des tensions.

Ils y trouvent un moyen de trouver l’équilibre par la réflexion et souhaitent réalimenter leur foi dans le Christ. Certains, aujourd’hui, parlent même d’un « yoga chrétien ». A ce sujet, de nombreux auteurs ont publiés des écrits comme le moine bénédictin J.M. Déchanet et son ouvrage intitulé « Yoga chrétien en dix leçons ». Cependant il est possible de constater une certaine méfiance de la part d’une frange de la classe catholique.



Évacuer le stress par le yoga


Notre vie citadine est hyperactive et certaines personnes trouvent dans le yoga un moyen de ralentir. Et elles n’ont pas seulement recours au yoga mais au taï-chi, au zen, à l’aïkido, aux arts martiaux, etc. Trouver le silence dans une société toujours plus assourdissante. Les personnes qui se réclament du christianisme se rendent souvent dans des centres de yoga car c’est un moyen très efficace de se détendre, d’améliorer sa forme physique et psychique, mais aussi d’augmenter ses capacités de concentration et d’évacuer le stress. En réalité les gens qui parlent de yoga font référence à l’ « Hatha-yoga« . Autrement dit un yoga physique qui fait appel aux postures et au contrôle de la respiration.

Il est plus rare que des chrétiens étudient des écrits de penseurs hindous et pratiquent le yoga dans un but spirituel. Rien ni personne ne peut affirmer que les chrétiens adeptes du yoga le fassent dans le but de rejeter leur religion, mais peut-être comme une manière de l’approfondir. Selon Olivier Clément, célèbre théologien français décédé en janvier 2009, « les chrétiens se sont trop portés aux frontières en oubliant le centre, le cœur. Pendant qu’ils étaient aux frontières, les mystiques extrêmes-orientales impersonnelles sont venues combler le vide ». Une façon d’expliquer la popularité croissante du bouddhisme en Occident. Pour le père Déchanet, “Le yoga m’a aidé énormément en m’ouvrant les yeux et en faisant tomber pour moi tous les autres voiles de l’ignorance l’un après l’autre. Par le yoga j’ai constaté que le corps m’est redevenu ami et non pas ennemi. »



Une religion ?


Le yoga est avant toute chose un moyen de détente et de relâchement des tensions. Cette forme d’exercice contribue à l’amélioration de la forme et de la santé mais aussi la vigueur intellectuelle. Il affine les perceptions sensorielles et communique une force mentale qui permet de se sentir moins vulnérable. En Occident il est devenu une discipline qui vise par la méditation l’ascèse morale et les exercices corporels l’unification de l’être humain dans ses aspects physique, psychique et spirituel. De ce point de vue, le yoga n’est pas une fin en soi mais bien un outil au service de son Dieu.

Un lien entre le corps et la spiritualité : une deuxième approche veut que le yoga soit une philosophie indienne dont le texte de référence est le Yoga Sûtra de Patanjali. La pratique du yoga ce fait ici dans le but d’accorder le corps avec la prière. Il s’agit de mettre les positions corporelles au service de la vie spirituelle de chrétien. Pour les personnes qui le pratique, la paix intérieure et le silence leurs permettent de s’ouvrir davantage à la présence de Dieu.

Enfin, c’est une manière de penser qui peut être difficilement accessible à la plupart des occidentaux et dont certains éléments sont difficilement conciliables avec la foi chrétienne. En sanskrit, cela signifie l’union du corps et de l’esprit pour certains mais aussi de l’homme et de dieu pour d’autres. Les Yoga Sutras de Patanjali (IVe siècle av JC) sont considérés comme l’un des textes fondateurs du yoga qui comprennent 196 sutras, courtes phrases exprimant une idée. Ils remontent à environ 2 000, – 2 500 ans. Dans ce texte, on parle beaucoup de la méditation. Les hindous déclarent quant à eux que le yoga est loin d’être une technique spirituelle neutre et affirme qu’elle est religieuse et agit à la fois sur le corps et l’esprit.



Les différents types de yoga


– le Hatha Yoga : le plus connu en Occident. Composé de postures, de techniques de respiration et de relaxation. Il porte d’autres noms comme Power Yoga ou Bikram Yoga. L’objectif est de développer la conscience du corps et de l’esprit. Sa pratique n’exige l’adhésion à aucune philosophie particulière, à aucune église ou croyance quelconque.

– le Raja Yoga : peu connu en occident, il s’agit d’un véritable mode de vie. Il associe le Hatha Yoga et ses postures à des principes de vie et de méditation.

– le Bhakti Yoga : voici le yoga de la dévotion centrée sur la notion d’ouverture du cœur à l’amour universel. Il se traduit par la pratique de révérence, de chants sacrés, de prières… Il n’y a pas de posture particulière. Il pourrait s’agir du yoga le mieux adaptés aux chrétiens.

– le Karma Yoga : il est plus communément appelé le yoga du service. L’objectif est de donner dans un esprit désintéressé. Si vous donnez à vos enfants, vos amis ou encore vos collègues, il se peut que vous pratiquiez le Karma yoga de façon quotidienne sans vous en rendre compte.

– le Jnana Yoga : voilà le yoga de la sagesse et de la connaissance de soi.



Christianisme occidental et corps humain


Le christianisme occidental est rarement félicité en ce qui concerne sa relation au corps humain. Il est souvent accusé de méconnaître le corps, qu’il s’agisse de la sexualité, de l’ascète ou de l’euthanasie. En effet, l’idéal chrétien privilégierait l’âme sans avoir de réel intérêt pour l’incarnation de la condition humaine. La réputation réservée au christianisme veut que le corps et la sexualité soient méprisés. Le christianisme mépriserait les désirs et les passions. Les textes catholiques officiels, comme les encycliques, peuvent défendre en principe les droits du corps mais ils ne le font pas de manière tout à fait crédible, faute d’honorer réellement le corps.

Ajoutons que la plus ancienne allusion à la nudité concerne Adam et Ève, les deux premiers êtres humains selon la Bible. Dans la Genèse, au chapitre 2, on peut lire : « Ils étaient tous deux nus, l’homme et sa femme, et ils n’en éprouvaient pas de honte ». Peu après, lorsqu’Adam et Ève fautent on peut lire au chapitre 3 : « Leurs yeux à tous deux se dessillèrent, et ils surent qu’ils étaient nus; ils cousirent ensemble des feuilles de figuier et s’en firent des pagnes ». Il est intéressant de constater le changement de comportement des deux protagonistes et l’apparition de la honte de la nudité. Avant de fauter, ils n’étaient absolument pas gênés du fait d’être nus, cependant avec le pêché originel l’humanité a montré qu’elle privilégiait l’aspect matériel à la parole de Dieu. Ce qui aura eu pour résultat de changer la perception de la réalité physique. Elle est dorénavant voilée par un corps doué d’un pouvoir de séduction.



Pour ses détracteurs, une discipline spirituelle incompatible


Certains chrétiens ne trouvent pas sage d’intégrer les techniques du yoga à la prière et à la méditation chrétienne et ils le font savoir ! Ainsi il est possible de lire sur internet, « le yoga peut engendrer le culte du corps, une philosophie de vie qui n’est pas chrétienne, mais païenne », ou encore « le yoga envahit l’occident ».

En octobre 1989, la congrégation pour la doctrine de la foi, présidée par le cardinal Joseph Ratzinger, rendait compte des aspects de la méditation chrétienne. La lettre pointait du doigt des « manières erronées de prier » issues de méthodes spirituelles extrême-orientales. Il rappelait aussi deux aspects de la prière chrétienne : elle est une rencontre avec le Dieu personnel et elle est affaire de « grâce ».

Pour ceux qui sont contre la pratique du yoga chez les chrétiens, une telle discipline peut nourrir une sorte d’égocentrisme spirituel. Le pratiquant se ferme sur lui-même au lieu de s’ouvrir à Dieu et aux autres. Ils prétendent également que son but est de faire monter la Kundalini, énergie vitale symbolisée par un serpent qu’ils n’hésitent pas à comparer au serpent tentateur de la Genèse.

En France et particulièrement sur Internet le débat fait rage et en divise plus d’un. Il est intéressant d’ajouter que l’épître aux Romains invite les chrétiens à adopter et célébrer tout ce qui est bon et vrai dans les autres religions. Le yoga n’est pas une religion, mais une discipline pratique, pour vivre dans la paix et l’harmonie. Certes, le yoga est né en Inde, à l’intérieur d’un système philosophique et religieux qui présente des incompatibilités avec le christianisme, telle la réincarnation. Mais le chrétien peut pratiquer cette discipline sans adopter les croyances de l’hindouisme. Les chrétiens ne sont d’ailleurs pas les seuls à s’ouvrir au yoga, ils sont suivis par les juifs et les musulmans.



• Emmanuelle Grimaud, pour www.sereni.org

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *