La sophrologie pour tous

La sophrologie a pour but de dynamiser de façon positive les qualités et les ressources dont nous disposons. Elle permet de mieux s’adapter aux nouvelles conditions de vie en société et d’améliorer sa qualité de vie.


Pour qui ?


La sophrologie s’adapte à tous : les enfants à partir de 5/6 ans, les adolescents, les adultes, les femmes enceintes, les handicapés (pour qui la relaxation dynamique peut être adaptée). Elle sert à apprendre à respirer, à développer la confiance en soi, à se préparer aux actes chirurgicaux, à gérer la douleur, les phobies, le stress, à accompagner l’arrêt du tabac ou d’un régime…


D’où vient la sophrologie ?


La sophrologie a été fondé par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo à Madrid. En 1960, il s’occupe du traitement de patients psychiatriques à l’hôpital provincial de Madrid. A l’époque les techniques utilisées altèrent la conscience des malades (traitement aux électrochocs ou comas insuliniques) et Alfonso Caycedo se questionne sur d’autres moyens pour soigner. Il s’intéresse alors à l’hypnose clinique et tente de trouver des solutions médicale pour trouver la conscience en harmonie. Il appelle ce mouvement « sophrologie ».


Il fait un voyage pendant plus de deux ans en Orient où il s’initie à différentes formes de Yoga et particulièrement le Yoga Intégral de Sri Aurobindo, au Tummo, une forme de méditation bouddhique tibétaine et au Zen japonais. Il mêle ces méthodes orientales à des méthodes occidentales pour former et améliorer la sophrologie.

Les méthodes de sophrologie


Il s’agit d’un croisement entre la relaxation occidentale et la méditation orientale. Il existe 12 degrés : les trois premiers s’inspirent de techniques orientales comme le yoga indien, le tummo tibétain, le zazen japonais. Il se pratique debout et assis sur une chaise en pleine lumière. C’est l’idéal pour le travail en groupe pour atteindre des objectifs à long terme.


Les techniques spécifiques sont surtout pratiquées en séances individuelles et pour atteindre des objectifs à court terme. Le sophrologue les choisit selon les demandes et en fonction de l’apprenant. On peut citer la projection sensorielle imaginée vers le futur, l’évocation de souvenirs agréables, la concentration vers un stimulus externe…

Le déroulé d’une séance


La séance en groupe dure environ une heure. Elle se fait le plus souvent à un rythme hebdomadaire et vise à l’apprentissage d’une méthode utilisable de manière autonome.


Un cycle complet est classiquement constitué de 10 séances en groupe en plus d’entraînements personnels réguliers (une séance quotidienne de 10 à 15 min, idéalement).


La séance commence par une phase d’accueil et d’écoute suivie d’une courte information qui durent 5 à 10 minutes.


Suit la séance de relaxation proprement dite (30 à 40 min) qui est pratiquée debout et/ou assis, avec différents mouvements plus ou moins énergiques pour la « Relaxation Dynamique ». A ce stade, les participants et le sophrologue sont à un niveau de conscience particulier, facilitant la prise de conscience des sensations et la dynamisation des structures positives.


Pour terminer, un dialogue libre et sans obligation est proposé, en lien avec la séance.


Certains groupes proposent une écoute rogérienne (considération positive inconditionnelle d’autrui, empathie, congruence ou authenticité avec son propre « ressenti »). Dans tous les cas, l’écoute doit autoriser et faciliter l’expression, sans jugement, évaluation, soutien, interprétation, ni « solution ». Cette étape est un espace de liberté très important pour la progression de la méthode .


Il est intéressant pour chaque participant de noter par écrit, de manière personnelle, ses propres « vécus » ou vivance, ce qui facilite l’accès à l’autonomie.


• Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *