La médecine ayurvedique : l’harmonie du corps et de l’esprit

Utilisé depuis plus 5 000 ans, cet art de vie vient d’Inde. En langue sanskrit, « ayur » signifie « vie » et « veda » signifie « science ou connaissance ». Cette science vise à harmoniser le corps physique, le corps énergétique et l’atman (l’âme dans une vision hindouiste).
 
Ayurveda
 
Selon l’OMS, l’Ayurvéda est reconnue comme « une médecine traditionnelle incluant différentes pratiques, approches, connaissances et croyances en matière de santé, utilisant des médicaments à base de plantes, d’animaux et/ou de minéraux, des thérapies spirituelles, des exercices et techniques  manuelles, appliqués seuls ou en combinaison, dans le but de maintenir le bien-être ainsi que de traiter, diagnostiquer ou prévenir la maladie ». L’ayurveda fût pendant longtemps une science orale et culturelle, la tradition védique sera écrite pour la première fois en langue sanskrite, dans les quatre textes du Véda. Son origine vient des Grands Sages qui en observant la nature, ont remarqué que les 5 principaux éléments (air, feux, éther, eau et terre) constituent la création de la matière de la vie. De ce concept sont nés les doshas : Vâtta, Pitta et Kapha, tous composés de deux éléments complémentaires. Ainsi, leur répartition correspond aux caractéristiques propres à chaque individu ; donnant alors des indications sur le mode de vie le plus approprié à chacun, en fonction de doshas attribués. Les doshas sont hérités des parents, au moment de la conception de l’enfant. Il existe 7 types de constitutions des doshas : Vâta, Pitta, Kapha, Vâta/Pitta, Vâta/Kapha, Pitta/Kapha, Vâta/Pitta/Kapha.
 
Les doshas : conception d’une structure physique et psychique
 
– Vâta : Ether + air
Énergie du mouvement, responsable de l’ordre de la vie. Vâta correspond aux mouvements biologiques du corps et de l’esprit, au métabolisme. Ainsi il agit sur le rythme cardiaque, la circulation du sang et de l’oxygène, et sur la transformation énergétique des tissus vitaux. Vâta apporte la gaieté et la créativité. Il siège dans le gros intestin, la vessie, les os, la peau, les oreilles et les cuisses. La personne de type Vâta a la peau sèche et avec une silouhette mince. Les signes distinctifs du psychisme Vâta sont : la nervosité, l’anxiété, la crainte, la sensibilité, la créativité et la joie. Les personnes de types Vâta sont d’extraordinaires rêveurs, passionnés de l’imaginaire et de véritables libres penseurs. Ils doivent éviter d’intérioriser leurs émotions. Ils ont parfois tendance à aller vers les extrêmes et l’irrationalité. Les facteurs aggravants pour ce dosha sont le froid, les changements de saison, le manque de sommeil, le jeûne et l’anxiété.
 
– Pitta : Feu + eau
 
Force qui régit l’énergie physique et la transformation du corps et de l’esprit. Pitta est associé à la bile et sa puissance énergétique se voit dans la clarté du regard. Son action est responsable de l’assimilation des aliments et des émotions. Il accentue la vision. Il siège dans le foie, le pancréas, la peau, les yeux et l’intestin grêle. Il agit sur les fluides du corps. Les personnes de types Pitta sont passionnés, hypersensibles, colériques, dynamiques, autoritaires, ambitieux et manquent de confiance en elles. Ce sont généralement de grands affectifs, donnant de l’importance à la connaissance et à l’atteinte de l’ataraxie. Ils sont doués de sagesse et d’humilité mais ont tendance à l’excès. Ils ont parfois trop de feu dans le cœur, entraînant un dérèglement du système digestif et du psychisme.
 
– Kapha : eau + terre
 
Force de l’harmonie du corps et de l’esprit. Energie de la stabilité, elle active les défenses immunitaires, l’énergie du cœur et des poumons. Kapha relie les éléments du corps, joue sur les articulations, les tissus vitaux et stimule la croissance du corps. Il agit sur la durée de vie des cellules et sur la mémoire. Il harmonise les deux autres doshas et siège dans la gorge, la poitrine, la langue, l’hypothalamus et les fluides corporels. Si le Kapha est dans les extrêmes, les personnes de ce type peuvent être soit trop maigres soit en surcharge pondérale. Quand le Kapha est rétracté, les personnes sont égocentriques, insatisfaites et craignent l’abandon. Si le Kapha est dilaté, ce sont des personnes très possessives pouvant se satisfaire du minimum. Les personnes Kapha s’épanouissent dans la tendresse, l’amour et la compassion. Dotés d’une excellente mémoire, ils sont patients mais lents. Leur signe distinctif est l’oscillation permanente de l’ouverture et la rétraction, l’extériorité et l’intériorité. Les facteurs aggravants de Kapha sont le froid, le sommeil excessif, le manque d’exercice, la malnutrition et le doute.
 
Vous voulez savoir quel être votre dosha ? Faites le test ici !
 
Source : AromaZone, excellent magasin pour acheter des huiles essentielles biologiques à bas prix pour des soins ayurvédique homemade!
 
En savoir + :
La circulation de l’énergie selon l’ayurveda
Médecine ayurvédique : les chakras
 

Maïlys Kerhoas pour sereni.org

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *