Votre illumination par l’horoscope (?!)



? Avertissement : cet article n’apportera aucune réponse aux personnes en quête de gourous, de prédictions heureuses ou d’éminents spécialistes.

Vos amis ont beau ressasser que votre avenir ne se joue pas dans les étoiles, si votre horoscope vous le demandait, vous seriez prêt à les abandonner sur le bord d’une route afin que les astres offusqués vous aient à la bonne.


Où chercher l’impulsion qui nourrit la confiance dans l’avenir, et dans ses propres décisions ?

Je n’irais pas jusque là -l’extrême n’est pas bonne conseillère-, cependant nous nous comprenons, la suite est pour vous. De la plume même de Victor Hugo, «les destinées vulgaires n’ont pas d’horoscope». N’éprouvez-donc aucune honte à interroger les astres chaque matin avant de poser un pied hors du lit ; vous intéressez l’univers autant que lui retient toute votre attention. Et même si c’était faux, qui cela intéresse t-il de vous le faire savoir ?


L’astrologie est la croyance selon laquelle la position des planètes influerait le cours des événements humains, en affectant le comportement d’un être ou groupe. On appelle horoscope l’ensemble des prévisions qui en découlent, et que vous lisez probablement dans la presse du matin ou sur votre smartphone. Bien que la science a vite fait de reléguer ces pratiques au domaine de la superstition, l’astrologie fait encore de nos jours, l’objet de vocations en tout genre, ne laissant aucun doute sur sa nature lucrative. Mais ôté cet aspect peu reluisant, l’intérêt que suscitent les mouvements astraux, pourrait parler pour une société en manque de repères et de directions à prendre.


En France, où la littérature astrologique reçoit bon accueil en toute bonne complicité avec les ouvrages de développement personnel, nous sommes moins enclins à nous donner corps et âme à une tendance -grand bien nous fasse- que dans les pays de culture anglo-saxonne. Nous nous prenons donc au jeu avec réserve, évoquant le ballet des astres avec légèreté et non sans une certaine auto-dérision, de peur d’écorner sérieusement notre réputation de sceptiques tristement terre à terre. Ceci dit, vous êtes loin d’être un cas isolé cherchant les signes, les interprétant, tentant avec plus ou moins de succès de les harmoniser avec vos attentes du moment, de les confronter à vos peurs inavouées. De quoi susciter quelques interrogations digressives.


Entre le besoin de retourner au spirituel et l’attachement au fait scientifique, notre société semble être en plein tâtonnement. N’y apparaissent qu’en pointillés notamment au travers des institutions du mariage ou de l’école, les rites de passage. Ces ensembles de rituels mis en place au sein des sociétés primitives, en vue de marquer, valider et laisser derrière, les étapes importantes de la vie d’un membre de la communauté. Où donc chercher l’impulsion qui nourrit la confiance dans l’avenir, et dans ses propres décisions ? Car il n’est rien de plus inquiétant que de s’avancer sur un chemin que l’on ne sait ni bon ni mauvais, d’aborder la vie les yeux bandés, avec la crainte et le regret de ne pas être resté à sa place initiale. A force de vouloir nous ériger en maîtres tout-puissants de notre destinée, il semblerait que nous ayons perdu l’humilité et la curiosité de l’élève en quête d’élévation spirituelle. Ni élève, ni maître, nous prenons une route même non balisée, parce qu’il faut simplement avancer.


Dans ce contexte générateur d’incertitudes, des conseils élaborés quotidiennement à partir d’une observation -scrupuleuse ou non- des astres ne peuvent être d’aucun mal. Au contraire, ils creuseraient une ouverture sur diverses voies à emprunter pour avancer dans la vie avec assurance, et surtout, inviteraient à envisager la vie sous un angle de vue insoupçonné. Sur cette généreuse palette de couleurs, nul doute que vous saurez choisir celle qui fera en sorte que votre vie ne ternisse pas (et que vos doutes ne s’éternisent pas…). Dans la mesure où ils ne tombent pas dans une oreille trop crédule, il importe peu que les dires d’une Madame Irma trouvent une véracité scientifique ou non s’ils trouvent assez de résonance en chacun pour stimuler une évolution personnelle, et établir pour mieux visualiser, son propre schéma spirituel. La quête de soi-même passe aussi par des voies inattendues et mille questionnements qui n’attendent que des déclencheurs pour former si ce n’est un semblant de réponse, au moins l’acceptation de notre défaillance.


Et tant pis si toutes ces révélations prennent forme sur la dernière page du torchon gratuit que vous agrippez avant de sauter dans le train. Si le Bouddha avait du choisir le terrain de son illumination, il est fort à parier qu’il y travaillerait encore.

• Hélène, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *