Vernis à ongles : évitez les produits toxiques

Cancers, irritations, allergies… Depuis quelques années, les vernis à ongles sont accusés d’être dangereux pour la santé. Mais qu’en est-il réellement ? Comment choisir son vernis à ongles ?

 
 

Protégée jusqu'au bout des ongles. Image du domaine public.

Protégée jusqu’au bout des ongles. Image du domaine public.


 

Pailleté, mat, coloré… Le vernis à ongles est un vrai accessoire beauté. Pourtant, de nombreuses accusations pèsent sur ce produit de la vie courante. On l’accuse entre autre de contenir des perturbateurs endocriniens et de provoquer des cancers. Mais qu’en est-il vraiment ?

 
 
Des produits à éviter

 

Il est certain que les composants des vernis à ongles ne sont pas forcément exemplaires. Le mélange de ces agents chimiques toxiques les rend davantage nocifs. Parmi eux on retrouve généralement :

 
Du toluène : Classé facilement inflammable et nocif par inhalation, le toluène peut être irritant pour l’œil et le système respiratoire.

 
Du formaldéhyde : Egalement nocif pour le système respiratoire, le formaldéhyde pourrait être cancérigène en cas d’exposition prolongée.

 
Des phtalates : Reconnus pour leur dangerosité, de nombreux phtalates sont classés comme substances toxiques pour la reproduction chez l’humain. La directive cosmétique 76/768/CEE et ses amendements interdit l’utilisation de plusieurs phtalates dans les cosmétiques (DEHP, DBP, BBP, DiPP, DnPP, DMEP). Selon la FIPAR (Fédération des Industries de la Parfumerie), le phtalate de diéthyle (DEP) est le seul phtalate utilisé par l’industrie cosmétique européenne. Mais malgré les interdictions, on retrouve bien trop souvent du phtalate de dibutyle (DBP) dans les vernis à ongles…

 
Du camphre synthétique : S’il existe peu de rapports sur le camphre synthétique, il est soupçonné d’être irritant et nocif par inhalation, notamment lorsqu’il est utilisé dans de trop grandes quantités.

 
 
Se protéger jusqu’au bout des ongles

 

Vernis à ongles. Image du domaine public.

Bien choisir son vernis à ongles. Image du domaine public.


 

Si les agents chimiques nocifs font partie intégrante de notre quotidien, il est heureusement possible de les éviter. Notons d’ailleurs que les vernis à ongles et le dissolvant sont davantage dangereux pour les personnes étant largement exposées comme les esthéticiennes. Pour limiter l’impact nocif de ces cosmétiques, vous pouvez vous orienter vers…

 

… Des vernis « allégés : en choisissant certains vernis à ongles, vous pouvez éviter les substances les plus toxiques. Alors que les « 3 free » ne contiennent pas de toluène, de dibutyl phtalate (DBT) et de formaldéhyde, les « 8 free » sont garantis sans toluène, dibutyl phthalate (DBT), formaldehyde, camphre, xylène, résine de formaldehyde, paraben, ni traces de colophane. « 4 free », « 5 free », « 6 free », « 7 free »… c’est à vous de choisir le nombre d’agents chimiques à bannir !

 
… Des vernis à l’eau : si les vernis à l’eau ont une moins bonne tenue que les vernis à ongles classiques, ils ont le mérite d’être respectueux de l’organisme. Eau, polymères et colorants non toxiques, les vernis à l’eau sont une bonne alternative aux agents chimiques nocifs.

 
 
Pas la peine de chercher un vernis à ongles naturel puisque la formule du vernis 100% bio n’est pas d’actualité. Cependant, il est possible de trouver des vernis « 3 free » issus de marques biologiques.

 
 
Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *