Petite histoire d’une galette royale

Déjà après Noël on commence à voir les boulangeries sortir leur galette des rois, si bien qu’on en mange parfois de fin décembre jusqu’au début de février.


Comme Noël ou Pâques, la galette des rois est une fête à l’origine religieuse mais que presque toutes les familles ont repris. Ainsi c’est devenu une tradition en France, mais d’où vient cette fête exactement ?


Il y a plusieurs explications à cette appellation : le mot « roi » désigne les rois mages : Gaspard, Melchior et Balthazar. On la fête le 6 janvier, soit 12 jours après Noël, date à laquelle les rois mages qui sont venus pour honorer la naissance de l’enfant Jésus guidés par l’étoile du berger. La galette des rois est directement associée à l’Épiphanie.


Le terme de « galette des rois » s’explique aussi par cette tradition remontant aux Saturnales, une fête romaine où il était coutume d’offrir des gâteaux à ses amis. Sous l’ancien régime, la galette que l’on envoyait à ses amis a été appelée « gâteau des rois » car on la mangeait au même moment du paiement des impôts de l’époque et il convenait d’en offrir à son roi !


L’épiphanie aujourd’hui


Presque toutes les familles fêtent « les rois », parfois même plusieurs fois dans la semaine ou le mois ! La tradition est de désigner quelqu’un (souvent un enfant) qui se met sous la table et désigne en aveugle les parts de galettes pour chacun. Celui ou celle qui trouvera la fève sera couronné et devra choisir son roi ou sa reine.


La galette se décline en une multitude de recettes mais la plus connue est celle fourrée à la frangipane.


La faire soi même …





Recette pour 6 personnes


– 2 pâtes feuilletées
– 2 œufs moyen
– 100 g d’amandes en poudre
– 70 g de beurre ramolli
– 100 g de sucre
– 1 cuillère à soupe de farine


Et bien sûr… La fève ! Si vous n’avez pas de fève ou que vous voulez faire original vous pouvez très bien la remplacer par une noisette, un haricot sec, une bille…


1. Préparez la frangipane : battez 1 œuf entier et un blanc d’œuf avec la poudre d’amandes, le beurre et le sucre. Conservez le jaune pour dorer la galette. Ajoutez la farine.
2. Déroulez la pâte feuilletée sur une plaque, étalez la frangipane et déposez la fève.
3. Couvrez la galette avec la deuxième pâte. Soudez les bords avec un peu d’eau ou de blancs d’œufs si nécessaire.
4. Badigeonnez le dessus de la galette d’un peu de jaune d’œuf, à l’aide d’un pinceau. Enfournez 20 à 25 min dans le four préchauffé à 200°C.
5. Servez tiède ou froid.


Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *