Mangeons en respectant la vie animale et végétale

Dès l’arrivée de la vie sur Terre, a surgi un monde végétal, suivi de prés par le monde animal se nourrissant de ces végétaux. Ce système d’interdépendance commença dans la mer. Avec l’émergence des terres, les règnes végétal et animal se prolongèrent hors de l’eau. Après les algues dans la mer, apparurent des graminées, puis des légumes, des baies et des fruits, des légumineuses et, en dernier, des céréales.
À chaque fois, de nouvelles races animales apparaissaient, façonnées par les derniers végétaux arrivés. Les séquences génétiques des plantes semblaient influencer les caractéristiques génétiques des animaux.
 

Respect alimentation

L’être humain est apparu en même temps que les céréales, qui sont les aliments développant le cerveau, donc la boite crânienne. Toutes les grandes civilisations se sont développées par la sédentarisation et l’introduction d’une culture céréalière. L’aliment noble qui stimule le cerveau est donc céréalien. C’est du moins ce que pensent certains maîtres japonais, qui ont fait de l’alimentation une voie éthique et spirituelle : Mishio Kushi et Masahiro Oki Sensei, dont j’ai suivi les enseignements réciproques pendant quelques années.
 

La vision de ces maîtres n’est pas morale, mais énergétique et respectueuse. Pour eux, plus un végétal est proche de nous, plus nous en avons besoin, car c’est lui qui nous a apporte? notre forme actuelle. Il nous donne chaque jour l’énergie et entretient les réseaux précieux de nos courants énergétiques. Plus le végétal est lointain, plus une consommation modérée suffit à nourrir des besoins plus subtils. C’est le cas des algues et graminées.
D’où l’idée d’une assiette avec 50% environ de céréales, 45 % de légumineuses et de légumes. Ces chiffres respectent la hiérarchie d’importance des plantes dans une alimentation végétalienne.
 

Il en va cependant différemment de la consommation animal. En effet, énergiquement, plus l’animal est lointain de l’homme dans la chaîne animale – un crustacé par exemple -, moins il perturbe nos réseaux énergétiques. Plus il se rapproche de nous – jusqu’aux mammifères, plus sa viande court-circuite notre corps subtil. Et pour pousser la logique jusqu’au bout, il semble contre nature que l’homme mange de l’homme.
 

Dans ce débat sur une alimentation végétarienne ou non, je tenais aujourd’hui à souligner ce côté énergétique pour « alimenter » notre réflexion, sans affirmer qu’il y a une bonne ou une mauvaise voie. Arrêtons d’opposer le bien au mal, ce qui n’est pas très bouddhiste… même au niveau des aliments. De toute façon, l’alimentation parfaite n’existe pas.
La seule constante qui peut s’appliquer aussi bien à l’alimentation carnée que végétarienne, c’est le respect et la prise de conscience de l’aliment. Des vies meurent pour nous, qu’elles soient végétales ou animales. Nous ne pouvons les gaspiller. Mangeons avec conscience et reconnaissance.
 
Alain Delaporte-Digard, pour Sereni



Une réponse à “Mangeons en respectant la vie animale et végétale”

  1. Sophie dit :

    Suite au pavé qu’à lancé l’OMC (en citant la viande comme facteur cancérigène), je voulais savoir la vision orientale à ce sujet.
    A ma connaissance, les bouddhistes mangent de la viande, alors qu’ils sont censés être dans la compassion des animaux.
    Et quelle vision les asiatiques ont-ils de se nourrir de viande?
    Merci
    Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *