L’huile d’olive, trésor méditerranéen

La légende veut que Zeus défia un jour, Athéna et Poséidon, de faire un présent utile aux habitants d’Athènes dont ils se disputaient la souveraineté.

Ces lipides préviennent des maladies cardiovasculaires, ce qui explique qu’elle soit plébiscitée par les nutritionnistes, par rapport aux graisses mono-saturées de provenance animale.



Voyant que Poséidon faisait surgir un cheval majestueux , la déesse Athéna s’appliqua à extirper de la terre un olivier dont les fruits présentaient les vertus guérisseuses et nourrissantes qu’on lui reconnaît aujourd’hui. C’est ainsi que la ville fut nommée «Athènes» en l’honneur de la bienfaitrice victorieuse.


Ce symbole de paix, également mentionné dans la Bible et le Coran, est intimement lié à la civilisation méditerranéenne et porte en lui, une symbolique positive de lumière et de bénédiction. De même, les vertus de l’huile extraite de ses fruits sont appréciées depuis des millénaires, en cuisine comme en cosmétique. C’est d’ailleurs l’huile d’olive qui a  donné ses lettres de noblesse à la cuisine méditerranéenne, contribuant ainsi à en exporter les principes hors de sa région d’origine. Abondante en produits végétaux, poisson, volailles, produits laitiers et œufs, et avec l’huile d’olive comme principale source de lipides, elle est considérée par les spécialistes, comme l’une des cuisines les plus saines au monde.


L’huile d’olive cumule les avantages : consommée crue ou cuite (max 180°C), elle est non seulement savoureuse mais a aussi un impact modéré sur le cholestérol grâce à ses graisses mono-insaturées. Ces lipides préviennent des maladies cardiovasculaires, ce qui explique qu’elle soit plébiscitée par les nutritionnistes, par rapport aux graisses mono-saturées de provenance animale. Entrent également dans sa composition, la vitamine E et les polyphénols, ces antioxydants qui luttent contre les radicaux libres. A condition toutefois, de choisir une huile riche en polyphénols, la consommation d’huile d’olive, permettrait d’augmenter le bon cholestérol et d’en diminuer le mauvais.


Elle présente encore d’autres effets thérapeutiques : aidant à lutter contre l’hypertension, laxative, régulant la sécrétion de la bile et prévenant les calculs biliaires, traitant les ulcères et les gastrites, tout en agissant contre la sénilité. Sa forte teneur en acide oléique  favorise en outre une bonne ossification. En application sur la peau et les cheveux, l’huile d’olive adoucit et fortifie. Elle est aussi recommandée pour les massages, en combinaison avec l’huile essentielle de lavande ou de romarin, pour assouplir la peau, détendre les muscles et les peaux contractées.


? A savoir :


Lors de l’achat  :

• Le taux de polyphénols varie en fonction de l’origine, des saisons, de la variété des fruits, des conditions climatiques
• Les polyphénols étant responsables de l’amertume de l’huile, une huile riche en polyphénols aura plus de caractère
• L’indication « huile d’olive vierge extra » garantit un procédé de fabrication rigoureux et un produit répondant à des critères gustatifs stricts


A la cuisson :

• Consommée cuite, elle ne doit pas être amenée à fumer (-180°C)

• Hélène, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *