La cérémonie du thé au Japon

Histoire


La cérémonie du thé s’appelle Chanoyu en japonais. Le thé a été importée de Chine vers le Japon en même temps que le bouddhisme. A l’origine il était d’ailleurs pratiqué par les moines bouddhistes, et l’est toujours aujourd’hui. Au 12ème siècle, le thé vert en poudre est adopté (matcha). Les monastères prennent l’habitude de servir du thé aux invités importants. La coutume fut alors rapidement adopté par la noblesse et devinrent populaires chez les Samouraïs.


Au 15ème et 16ème siècle la préparation et la dégustation du thé devient un véritable rituel. C’est à cette époque que Sen No Rikyu, Maitre de thé chez l’empereur a perfectionné la manière de faire et boire du thé pour en faire un art … C’est avec trois des fils de Rikyu que ce sont développés les trois grandes écoles de la cérémonie du thé : Urasenke, Omotesenke et Mushanokojisenke. La cérémonie du thé célèbre l’harmonie, la pureté et la tranquillité d’esprit. Son caractère spirituel est immuable.


Le lieu


La cérémonie du thé doit se dérouler dans une petite pièce pour favoriser la communication entre les participants. La pièce doit être simple et sobre (wabi). Il est possible qu’on y trouve des œuvres d’art que les invités pourront contempler en buvant leur thé.


Le Maitre de thé


Le maitre de thé doit d’abord préparer la salle de cérémonie destinée à recevoir les hôtes. Il purifie à l’aide de linges en soie le service à thé, chauffe l’eau à une température très précise puis doit préparer le thé à partir du matcha, un thé vert japonais en poudre très fine. Il le bat avec un fouet en bambou dans l’eau chaude jusqu’à l’obtention de mousse. Son goût est assez amer, il est donc servi avec des sucreries qu’on laisse fondre sur la langue avant de boire le thé.


A la fin de la cérémonie, le Maitre présente souvent les objets qu’il a utilisé pour la préparation et donne les noms des artisans qui les ont fabriqués. La cérémonie peut durer de 45 minutes à plusieurs heures.


L’invité


L’invité doit boire le thé avec respect et humilité et rendre le bol exactement dans la position dans laquelle on lui aura remis. Selon certaines écoles, à la dernière gorgée l’invité doit pencher sa tête vers l’arrière et exécuter une sorte de plainte gutturale pour manifester son appréciation de la dégustation.


Être Maître de thé


L’étude de la cérémonie du thé est très longue, elle prend souvent des années voire toute une vie car le Maître de thé doit tout savoir des types de thés, des kimono, de la calligraphie, des arrangements floraux, des céramiques ou de l’encens.


Où assister à une cérémonie du thé ?


Bien sûr il est possible de prendre l’avion directement pour le Japon, mais pour beaucoup moins cher on peut voir des cérémonies à Paris ou Lyon par exemple.


– Paris : La Maison de la culture du Japon propose d’assister à cette cérémonie pour 8 euros tous les mercredis.
101 bis quai Branly Paris 15ème Métro Bir-Hakeim


– Lyon : Cours pratique et explications sur la cérémonie du thé pour 8 à 10 euros par personne.
16 rue Bellecombe 69006 Lyon – 09 54 82 12 72


Clémentine Fouquet, pour www.sereni.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *