Doit-on bannir le four à micro-ondes ?

Pratique pour réchauffer rapidement son repas ou son bol de lait, le four à micro-ondes est largement présent dans la cuisine des Français. Mais cet appareil du quotidien est-il sans danger ? Devons-nous bannir le four à micro-ondes de notre cuisine ?

 
 

Faut-il bannir le micro-ondes ? Image du domaine public.

Faut-il bannir le micro-ondes ? Image du domaine public.


 

Inventé en 1947 par Percy Spencer, le four à micro-ondes fut un succès public lorsque son prix baissa en 1975 avec le RR-6 Radarange 6, Touchmatic. Quarante ans plus tard, on en compte environ 25 millions en France, avec plus de 2 millions d’appareils vendus chaque année. Chaque four à micro-ondes fonctionne par agitation des molécules d’eau que les aliments contiennent, sous l’effet d’un rayonnement micro-onde. Ainsi, l’eau contenue dans l’aliment est chauffée puis le reste de l’aliment s’échauffe par conduction avec l’eau.

 
 

Ondes et maladies

 

Une fois l’excitation de la découverte du four à micro-ondes passée, plusieurs voix se sont élevées pour dénoncer la dangerosité de cet appareil. En cause, les rayonnements non ionisant émis par les micro-ondes qui provoqueraient cancer et autres maladies. Selon l’expert en radiation Magda Havas de l’université de Trent (Etats-Unis) interrogée par le DailyMail en août 2016, la plupart des modèles laissent filtrer des ondes à l’extérieur du four. D’après l’experte, ces fuites pourraient être à l’origine de plusieurs maladies graves comme la cataracte, le cancer ou des maladies cardiaques. Pourtant, aucune étude scientifique n’a prouvé un réel lien entre ces maladies et l’utilisation régulière de fours à micro-ondes et, à moins que la porte ne soit cassée ou défectueuse, ces rayonnements restent bien confinés dans l’enceinte du four. Ce n’est pas la première fois que le four à micro-ondes est accusé de nuire à la santé des consommateurs. En 1991, Hans Hertel et Bernard H. Blanc ont réalisé une étude soulignant une augmentation anormale du nombre de leucocytes dans le sang de personnes ayant consommé des aliments cuits aux micro-ondes. Là encore, aucune autre étude scientifique n’a permis de prouver cette information.

 
 

Des qualités nutritionnelles amoindries ?

 

La cuisson modifie la structure des aliments et dénature les vitamines et minéraux qu’ils contiennent. En ce sens, le four à micro-ondes n’est pas plus mauvais que les autres modes de cuisson. Au contraire, plus la cuisson est excessive et plus les aliments sont touchés donc le four micro-ondes aurait moins d’impact que le barbecue ou le four traditionnel. Les légumes et autres aliments contenant des vitamines B et C sont les plus sensibles à la chaleur. Pour profiter des nutriments et vitamines des légumes, il est conseillé de les manger crus ou à la vapeur.

 
 
 

Malgré sa mauvaise réputation, aucune étude scientifique ne permet de prouver clairement la dangerosité du four à micro-ondes. Il ne dénature pas les aliments plus que les autres cuissons et sa rapidité permet d’économiser du temps et de la ressource. Il est cependant conseillé de nettoyer régulièrement son four à micro-ondes et de privilégier les contenants en verre. De nombreuses boîtes plastiques contiennent encore des perturbateurs endocriniens qui peuvent se déplacer dans les aliments sous l’effet des rayonnements et l’agitation des molécules.

 
 

Sarah Belnez pour Sereni Magazine.

 
 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *